AIVE 2004: « Le futur maintenant – Formes d’éducation: entre la didactique traditionnelle et les nouvelles technologies »

Responsable:
Renza Cerri Université de Gênes
Professeur de technologie de l’instruction et de l’apprentissage

Introduction:

Présentation générale, bien faite, qui met en relief que la ville est un espace qui est surtout éducatif dans l’informelle ‹ bien plus que ce que peuvent faire les institutions formelles. Aussi sur le fait que la métaphore du réseau est celle qui montre le mieux l’intelligence collective.

Les TIC doivent donner accès à l’information, mais aussi à ses processus de création et à sa compréhension. Parle aussi de la mobilité croissante des contextes d’apprentissage.

À son avis, le rôle des pouvoir public en éducation est de plus en plus dans la coordination nationale et non dans « la distribution des connaissances ».

L’animatrice me fait une forte impression. Faudra voir ce qu’elle réalise comme projets de recherche.

Projets au coeur de l’atelier:

Sampola Netsquare (Tampere, Finlande), présenté par Anu Hakari (anu.hakari@tt.tampere.fi)

Projet réalisé par la bibliothèque municipale de Tampere. Fait suite à une expérience d’autobus-Internet. L’objectif est d’encourager les gens de tous âges à utiliser les technologies de l’information et de la communication.

il n’y a pas en Finlande la culture des cafés internet. C’est dans les bibliothèque que les gens se rendent pour disposer de points publics à internet.

Rien de révolutionnaire ou de spectaculaire pour moi puisqu’on a des équivalents dans les bibliothèques de Québec, mais plusieurs participants semblent apprécier beaucoup. Ça semble très bien organisé.

Tempi della scuola – azioni per migliorare i tempi scolastici (Bolzano, Italie), présenté par Diego Divenuto

La municipalité a beaucoup travaillé sur la question « des temps de la ville ». Ils ont notamment implanté un programme de garedrie disponible de 7h30 à 19h dont ils sont visiblement très fiers [à cet égard, notre programme de garderie à 7$ serait exemplaire!].

Ils ont aussi mis sur pied une « banque de temps », gérées par les enfants, pour favoriser les échanges de connaissance informelles. Il faut que ce soit gérés par les jeunes. Les parents et les enseignants devraient s’ajouter dans la banque de temps au cours des prochains mois. C’est un projet très intéressant, proche de l’idée des réseaux d’échange réciproque de savoirs et des Arbres de connaissances.

Information Skills – Challenge for the Information Society (Tampere, Finland), présenté par Anne Suoniemi

Les enfants auront toujours besoin d’un guide pour tirer profit d’Internet.

Sinon, essentiellement une listes de projets ponctuels… dont sur le B-A-BA d’internet (savoir chercher, reconnaître la bonne information, etc.).

Il se fait visiblement beaucoup de chose à Tampere dans le domaine des technologies de l’information en éducation (lien avec la cité éducative, pas toujours évident toutefois).

The Dreams Shop (Évora, Portugal), présenté par Fernanda Ramos

Le projet est d’abord présenté par l’entremise d’un vidéo.

Le projet s’appelle « le magasin des rêves ». Il ressemble à première vue à un autobus aménagé dans le genre du bus-exposition que le Musée de la civilisation avait fait à l’intention des ados il y a quelques années). On y trouve: un écran géant au fond du bus, une dizaine d’ordis qui donnent accès à Internet, une petite bibliothèque, on y fait des animations théâtrales pour les enfants, etc. Actuellement tout est sur le thème de l’eau.

Le bus sert aussi pour d’autres clientèles, en particulier les personnes âgées. Par exemple pour donner des séances d’information sur la nutrition, le soir, et même pour tenir, par la même occasion des « cliniques médicales mobiles ».

C’est un projet très bien pensé, particulièrement pour sa grande polyvalence.

Période de questions

Quelques autres projets sont présentés brièvement:

– Ciudadanía (Barcelone, Espagne), par Joana Prats Montmany
– Learning environment in general education of the city (Tampere, Finlande), par Lauri Mäkelä
– Future Center – an engine for educating city (Be’er Sheva, Israël) par Ron Dvir
– Computer Fitness Center (Francfort, Allemagne), par Renate – Anny Böning
– TROPONET – Internet based study course selection system (Tampere, Finlande), par Katja Forss

Le projet israélien m’a particulièrement impressionné. Il s’agit d’une sorte de centre communautaire axé sur le développement de la culture d’innovation dans une communauté. Quelque chose de très pratico-pratique, tourné sur l’accompagnement des cellules innovantes de la communauté. Une formule qui m’a semblé très intéressante, qui pourrait aussi contribuer au développement de la culture entreprenariale. Faudra documenter davantage.

Ma connaissance du projet de Francfort devrait aussi être approfondie. Il était d’ailleurs présenté par une personne issue d’une entreprise privée, ce qui est particulièrement remarquable dans le cadre de ce congrès.

Conclusion de l’animatrice:

« La meilleure manière d’apprendre à utiliser les TIC n’est pas d’apprendre à utiliser les TIC, mais d’apprendre en faisant appel aux TIC. »

« Today, learning outside a network is negative ». Pas besoin de dire que je suis d’accord!

Observations générales:

On aurait été absolument « extraterrestres » avec l’expérience des cyberportfolios décrite dans la perspective de cité éductive (un discours à développer). Pourtant, ça serait accessible à plusieurs des villes présentes, au moins celles qui formeront le réseau thématiques sur les nouvelles technologies. Même juste les carnets pour les « conseils d’établissement » seraient nettement d’avant-garde. Faut prévoir en parler lors de la première rencontre du réseau thématique (et avant cela: donc sur le Web, et ne pas oublier d’ajouter des résumés en anglais, etc.).

C’est quand même renversant qu’on parle de tout ça sans avoir véritablement de moyens de poursuivre les discussions en ligne. Québec devrait proposer cela… un espace spécial sur les TIC et l’éducation dans un contexte de cité éducative. Un carnet pour le réseau thématique?

La ville de Québec est, je pense, TRÈS en avance au niveau des technologies de l’information et de la communication par rapport à l’ensemble des villes membres de l’association.

4 réflexions sur “AIVE 2004: « Le futur maintenant – Formes d’éducation: entre la didactique traditionnelle et les nouvelles technologies »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s