Perdre son temps… et rêver!

Mario perd son temps. C’est lui qui le dit…

Et moi je retrouve progressivement un peu de temps pour lire, pour reprendre contact avec ma ville et, bientôt sans doute, pour écrire.

J’écrirai bien sûr un peu plus que je ne l’ai fait jusqu’à présent au sujet des défis qui me ramènent à Québec, mais aussi sur le milieu de vie que je retrouve.

Simplement un commentaire pour aujourd’hui, suite à la lecture de quelques blogues et du Soleil de ce matin (au passage, je dois bien admettre que la lecture du journal en version papier ne donne pas des textes la même perception que la lecture en ligne…):

Je me réjouis comme David Desjardins de constater que Québec a (enfin) retrouvé l’envie de rêver.

Mais je suis aussi préoccupé, comme Bernard Lavoie, du risque que l’ivresse conséquente nous (re)plonge dans l’unanimisme [lien à venir, curieusement, le site du Soleil n’a pas été mis à jour depuis hier].

Je souhaite vivre dans une cité éducative, une ville où on jardine l’avenir et où les archives sont en fête; dans une ville où on a pas peur de la polémique et où tous les points de vue sont les bienvenus dans l’espace public. Même (surtout) ceux avec lesquels je ne suis pas d’accord.

Dire qu’on ne partage pas les points de vue de quelqu’un c’est bien, s’acharner sur les empêcheurs de tourner en rond c’est inutile, cela nous affaibli et nous distrait de tout ce qu’il y a à faire pour inventer la ville de demain.

3 commentaires

  1. ravi de te voir reprendre le fil de ton blog Clément, à bientôt de te lire, une pensée pour cette ville de Québec que j’ai absolument adoré il y a quelques années…

  2. Bon retour au Québec et à Québec.
    Je ne sais pas si le citoyen rêve vraiment davantage ou à nouveau, mais je crois que des changements fondamentaux doivent se réaliser dans les valeurs qui nous animent et dans les projets que nous soutenons. J’ai hâte qu’on prenne conscience que nous avons ici de l’expertise pour créer de l’avenir.
    À bientôt, ici ou ailleurs.
    Claude P.
    Auteur, éditeur et conseiller privé

  3. Merci Monsieur Paquette,

    Au moment même où vous m’écriviez, je regardais à la télévision « Ce qu’il reste de nous », le remarquable documentaire de François Prévost et Hugo Latulippe (http://www.onf.ca/collection/films/fiche/?id=51699).

    J’ai été particulièrement frappé par la conviction, apparemment partagée par les tibétains — par delà les mots du dalaï lama — que leur culture et, plus largement, leur approche de la vie, est une richesse pour l’Humanité et une contribution à la Paix entre les peuples.

    Et cela m’amenait justement à m’interroger, sur la nature de notre contribution à cette Humanité, ou, pour reprendre les mots de votre intervention, sur la nature de notre expertise pour créer l’avenir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s