Un appui à Pierre-Karl Péladeau

IMG_2020

Divers médias font référence ce matin au fait que je suis cosignataire d’une lettre en appui à la candidature de Pierre-Karl Péladeau dans la course à la chefferie du Parti Québécois. Je reprends la lettre ci-dessous, en ajoutant préalablement quelques éléments en rapport avec la réflexion qui m’a amené à signer cette lettre.

D’abord un rappel: j’ai été candidat du Parti Québécois à la dernière élection. J’ai bien vu (vécu!) les difficultés du parti dans la région de Québec.

Quelques événements dans cette campagne m’ont particulièrement marqué, plusieurs en présence de Pierre-Karl Péladeau — et notamment une rencontre organisée avec un groupe d’entrepreneurs, homme et femmes, pour lequel j’avais convaincu Mme Maltais et M. Péladeau de se mettre, avec moi, «en mode écoute», pour prendre le temps d’entendre ce que ces entrepreneurs avaient à dire au lieu de leur faire un discours à saveur électoral.

Après l’élection, j’ai mis beaucoup de temps à réfléchir à cette première expérience comme candidat — et j’en ai beaucoup parlé autour de moi. On m’a évidemment interrogé très souvent au sujet de la course à la chefferie qui s’annonçait.

Pendant plusieurs semaines j’ai répondu que j’allais prendre le temps d’écouter les propositions de chacun des candidats et candidates et que je déciderais à la fin de la course pour qui je voterais.

C’était jusqu’à ce qu’un ami et mentor politique me fasse douter de cette approche. Je paraphrase:

« Comment crois-tu qu’un aspirant-chef devient un bon chef? par lui-même? par magie?

Un chef devient chef par l’entourage qu’il constitue autour de lui qui porteront son attention sur des enjeux particuliers, grâce aux propositions qui lui sont faites, etc.

Est-ce qu’il y a des enjeux que tu juges essentiels d’amener dans cette course à la chefferie? Est-ce qu’il y a des idées ou des valeurs que tu crois essentielles d’intégrer dans le programme d’un des aspirants-chefs?

Est-ce que tu as envie de prendre part à l’exercice, à jouer un rôle actif dans l’élaboration des idées d’un candidat ou te poser en observateur et choisir à la fin? »

Je raconte ça simplement, c’est évidemment un peu plus complexe, mais cela a beaucoup influencé la suite de ma réflexion et guidé ma façon de voir la course à la chefferie. Cela m’a amené à faire un choix, celui d’encourager Pierre-Karl Péladeau à poser sa candidature, et de l’appuyer s’il la confirmait.

C’est un choix personnel dont je témoigne en signant cette lettre. Je le fais bien sûr à titre de président de l’exécutif du Parti Québécois de la circonscription de Jean-Talon, mais cela n’engage pas mes collègues de l’exécutif ni les militants de la circonscription. Et j’ai assuré les émissaires de tous les autres candidats qui ont communiqué avec moi au cours des dernières semaines que tout serait fait pour faciliter leur rencontre avec les membres de l’exécutif et les militants de Jean-Talon.

La démocratie existe grâce aux débats et aux échanges.

* * *

Pierre-Karl Péladeau pour sortir du « mystère Québec »

Il y a deux façons d’aborder une course à la chefferie quand on est membre d’un parti politique.

On peut écouter les candidats débattre pendant quelques mois et choisir ensuite à qui on accordera son vote. On peut aussi choisir un candidat rapidement en fonction du contexte et joindre son équipe dans le but de participer à l’élaboration de son discours et insister sur des éléments particulièrement importants à nos yeux.

Nous avons choisi la seconde option, pour trois raisons.

Pierre-Karl Péladeau pour retrouver la région de Québec

Nous avons d’abord choisi d’appuyer la candidature de Pierre-Karl Péladeau parce que nous croyons qu’il est le plus apte à refaire du Parti Québécois une véritable force politique dans la Capitale nationale — et que c’est une condition préalable pour réussir à faire du Québec un pays.

Nous sommes tous engagés depuis plusieurs années dans les différentes instances du Parti Québécois. Nous croyons qu’il est urgent d’arrêter de s’abriter derrière le très commode « mystère Québec » et de consacrer enfin tous les efforts nécessaires pour regagner la confiance des citoyens de la Capitale nationale.

Pour cela, il est important de poser un regard nouveau sur l’économie de notre région, qui s’appuie aujourd’hui davantage sur le développement des petites et moyennes entreprises technologiques et sur l’apport de l’économie sociale que sur la croissance de la fonction publique. Il faut un plan sur plusieurs années pour se reconnecter avec les forces vives de l’économie régionale. Il faut pouvoir répéter que l’efficacité et la rigueur dans la gestion des affaires de l’État sont au coeur de nos préoccupations et que c’est le développement économique bien plus que l’austérité qui permettra aux citoyens d’en avoir pour leur argent. La légitimité de Pierre-Karl Péladeau sur ces questions ne fait aucun doute.

Il est aussi essentiel de reprendre contact avec les artistes qui sont en train de redéfinir la personnalité de notre Capitale nationale, parce que leur créativité est plus que jamais essentielle à la redéfinition de notre avenir collectif. Monsieur Péladeau a déjà fait la démonstration de ses convictions dans ce domaine.

Pierre-Karl Péladeau pour changer la dynamique politique au Québec

Nous croyons que Pierre-Karl Péladeau a compris que le Parti Québécois doit se remettre à l’écoute des jeunes de tous les horizons politiques, à la grandeur du Québec, et doit renouveler ses approches pour le faire. Cette rencontre avec la jeunesse est indispensable pour changer en profondeur la dynamique politique au Québec et convaincre les jeunes que la souveraineté leur permettra de réaliser plus facilement leurs aspirations. Il en va de même avec les communautés culturelles avec qui nous devons maintenir et renforcer nos liens dans la Capitale et partout au Québec

Pierre-Karl Péladeau pour redonner confiance aux Québécois

L’engagement de Pierre-Karl Péladeau à nos côtés lors de la dernière campagne électorale à Québec nous a permis de constater à quel point il pouvait porter ces messages avec force et conviction pour redonner confiance aux Québécois dans leur avenir.

Nous l’encourageons à poser sa candidature aujourd’hui pour qu’il puisse continuer à le faire à titre de chef du Parti Québécois, lors des prochaines élections et tous les jours qui nous séparent encore du pays auquel nous aspirons.

Monsieur Péladeau, vous pouvez compter sur nous, comme nous savons que la Capitale nationale pourra compter sur vous.

SIGNATAIRES: Clément Laberge, Président de l’exécutif de Jean-Talon, Denis Martel, Président de l’exécutif de Charlesbourg, Aracéli Fraga, Présidente de l’exécutif de Louis-Hébert, Maude-Amélie Verville, Présidente de l’exécutif de La Peltrie, Réjean Bacon, Président de l’exécutif de Montmorency

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s