La course

Les orteils d’enfants qui dévalent l’escalier à la recherche d’œufs en chocolats. Victoriaville, 2012. Il y en avait partout, partout. La magie opérait encore. Et je pense qu’elle opérerait encore cinq ans plus tard! Les enfants croient plus longtemps au chocolat de Pâques qu’au Père Noël.

En 2010, on avait même eu affaire avec un œuf d’autruche. Un vrai!

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, dit-on. Je ne sais pas si l’expression reste aussi appropriée si on parle d’œuf d’autruche. Faudrait demander à Gulliver.

Ou à Kim Yaroshevskaya, dont je viens tout juste d’acheter le livre. Elle nous inventerait sans aucun doute une très belle histoire autour de ça.

L’écriture nous réserve décidément bien des surprises.

Je réalise que je suis passé du kayak, hier, à Kim Yaroshevskaya, aujourd’hui… de façon totalement imprévisible!

J’aime ça.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s