Rendez-vous avec la police?

François s’interrogeait il y a quelques jours sur la présence des policiers dans les écoles. Quelques personnes ont soulevé à la suite de son texte des inquiétudes au fait que les enfants puissent « s’habituer » à l’omniprésence des forces de l’ordre — et pourquoi pas l’apprécier? voire la désirer?

Je lis dans l’Infobourg ce matin que c’est le 16 octobre que se déroulera cette année la Journée d’identification des enfants, organisée par le Réseau Enfants Retour, la Gendarmerie Royale du Canada et la Sûreté du Québec, notamment. On peut lire dans le texte que:

« La journée s’adresse aux parents qui ont des enfants de 0 à 12 ans. Entre 10h et 15h, ils pourront rencontrer une équipe de policiers et de bénévoles qui sera sur place pour donner des conseils de sécurité. Ils pourront surtout obtenir gratuitement le carnet d’identification de leur(s) enfant(s), avec photo couleur et empreintes digitales. »

J’aimerais évidemment que le travail de la police soit facilité advenant la disparition d’un de mes enfants. Mais est-ce que je rends vraiment service à mes enfants en banalisant la prise de leurs empreintes digitales et leur photographie par la polices? En les accompagnant moi-même pour que la police rassemble un mini-dossier à leur sujet?

Si je suis mal à l’aise avec l’idée que les douaniers américains puissent prendre mes empreintes digitales par simple mesure de précaution — comme ils projettent de le faire bientôt, même (!) avec les Canadiens — pourquoi est-ce que j’aurais moins de réserves au sujet de mes enfants. Parce que je fais plus confiance à la SQ ou à la GRC qu’au FBI ou à la CIA? Hum… Décidément, c’est une idée qui me rend inconfortable.

Ce serait bien étonnant que je me rende chez McDo, le 16 octobre, pour un rendez-vous avec la police. Je prendrai plutôt le temps de revoir avec mes enfants quelques règles de prudence et de sécurité. En famille.

5 comments

  1. Voici une suggestion de solution : préparer un carnet-maison où l’on collige toutes les informations qui pourraient être utiles (incluant les empreintes digitales).

    S’il y a lieu, les informations sont déjà regroupées pour faciliter le travail des policiers mais elles ne sont pas «fichées».

  2. Je serais surpris que les policiers « fichent » réellement les enfants. Ils redonnent probablement le cahier aux parents.

    Mais c’est l’idée de « se confier » aux policiers pour sa sécurité qui m’embête.

    Alors conserver les empreintes digitales dans un dossier à la maison, sans solliciter « l’encre policier », ça me convient mieux.

    Remarquez, je n’ai rien contre les policiers…

  3. Je confirme que la police ne garde pas le cahier où sont la photo et les empreintes, il est remis au parent. Dans ce cahier se trouvent aussi beaucoup d’autres informations qui, en cas de disparition et de panique, sont utiles à la recherche de l’enfant.

  4. De toute façon, dès que je lave les vitres de la salle à manger, cela prend à peu près 127 secondes avant que les empreintes digitales de mes enfants les recouvrent entièrement.

  5. Merci de la précision Daniel.

    Tu auras évidemment compris que je ne doute pas de la pertinence des informations qui sont transmises à cette occasion, et de leur potentiel pour l’éducation de bien des parents.

    C’est la banalisation de la « prises de renseignements personnels » par les policiers qui me rend un peu mal à l’aise.

    Si je passe par là, j’irai peut-être, seul, chercher le document d’information! ;-)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s