Disparition des commissions scolaires?

L’ADQ en fait la proposition. Un sujet difficile aux conséquences complexes, pour laquelle je n’ai d’idée préconcue, mais qui mérite certainement qu’on y réfléchisse bien…

6 commentaires

  1. Ce n’est qu’une question de temps. Une structure aussi lourde ne peut plus répondre indéfiniment à une société qui évolue aussi rapidement sur le plan des communications. Ma position sur le sujet n’a guère changé depuis que je me suis prononcé en faveur de la disparition des commissions scolaires (http://www.opossum.ca/guitef/archives/001672.html). Il y a certes des avantages à se doter d’une structure aussi coûteuse. Il faut se demander, par contre, si ces avantages en valent le coût. Par ailleurs, il est évident d’un tel changement ne se fera pas sans heurts. Probablement parce qu’on a déjà trop attendu.

  2. De la perspective américaine, cela serait un rève pour beaucoup du monde qui travaille en éducation. mdr. ;-) Cependant, je ne sais pas si ce serait possible. Beaucoup de monde ici croit que l’éducation est la responsabilité de la communauté au niveau local et que les commissions scolaires offrent l’occasion pour la vocalisation des citoyens de la communauté. Moi, je suis d’accord avec François, mais je n’oserais pas le dire ici en anglais.

  3. Je crois que sur cette question, c’est à la base qu’il faut agir. Pour ça, ça prend, dans les villes et les établissements scolaires, des gens qui veulent travailler ensemble, dans une perspective citoyenne élargie. Je pense à un projet éducatif « local » qui s’inscrirait dans une vision reliant tous les secteurs de sevices à la population: éducation, solidarité, santé, sport et loisirs, culture, aménagement, habitat, transports, sécurité, développement durable, citoyenneté, vie des quartiers…

    Évidemment, ça suppose d’enlever les chapeaux corporatifs et politiques. Il faut travailler à la base, dans ce qui touche de plus près aux citoyens et à leurs petits…

  4. Du temps que Mme Payette animait une émission de réflexion (genre Enjeux), elle avait consacré une émission aux structures de l’éducation au Québec et à travers le monde.

    Elle constatait qu’il y avait deux tendances dans le monde : la centralisation de la gestion scolaire dans un gros ministère de l’éducation ou la « localisation » de l’administration au niveau des écoles ou des régions.

    Sa conclusion : le Québec se paie les deux… et ça coûte cher.

    J’ai toujours pensé qu’elle avait raison. Si on veut des commissions scolaires, le ministère devrait se faire tout petit et moins directif. Sinon…

  5. Il y a peu de temps, le gouvernement du Québec lançait un programme à coûts partagés de plusieurs centaines de millions de dollars afin de développer le réseau de fibre optique. Ce programme, Villes et Villages Branchés, mettait à contribution les villes et les commissions scolaires, afin de leur permettre de relier par fibre l’ensemble de leurs bâtiments: écoles, locaux administratifs, hôtels de ville, bibliothèques publiques… Pensez-y: relier les villes et les écoles, mais pas le secteur de la santé et des services sociaux, ni le secteur corporatif. Ce genre de décision n’est pas tout à fait innocent.

  6. hum, mon opinion ne tiendra peut-être pas sa place ici étant donné que je m’y connais trop peu.

    Par contre, mon père a travaillé environ 30 ans (maintenant retraité) dans une commission scolaire (en abitibi en passant), et à divers degrés, je ne crois pas me tromper beaucoup en indiquant ques ces établissements tiennent (du moins en abitibi) une place vraiment importante dans l’organisation du réseau scolaire en région. D’une part car elles prennent des décisions en regard de la réalité qui entoure sa communauté, et aussi sur plan administratif nécessairement,… Bien beau enlever les commisions, faudra de toute façon transférer tout le volet administratif à même les institutions scolaires, qui n’ont pas toutes la possibilité (financière, organisationnelle, etc.) de combler tout ce que ça représente. Tk, en abitibi, la CSLA dessert plusieurs institutions et sert de pivot central, allégeant les responsabilités de chaque instution et la communication avec le ministère, et évitant aussi du coup un duplicata d’équipe. …

    Du moins, c’est ce que je crois. Je ne suis qu’un porgrammeur multimédia, …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s