Au sujet des Francs tireurs

Et tiens, en complément (de ce texte), toujours en rapport avec ma perplexité devant l’actualité politique québécoise de la dernière semaine — au sujet de l’invraisemblable entrevue que la ministre de l’Éducation a accordée à Patrick Lagacé dans le cadre des Francs tireurs.

Cela ne mérite pas un très long texte, ce serait faire trop d’honneur à cette déplorable démonstration d’ignorance. Néanmoins, en deux points:

1. Je n’aime pas le genre de journalisme adopté par Patrick Lagacé, mais je ne peux pas le lui reprocher; d’une part parce que c’est le format de l’émission (que connaissait la ministre en acceptant l’entrevue) et d’autre part parce que je pense qu’il avait délibérément choisi ce ton franchement ordurier précisément pour obtenir ce qu’il a obtenu.

2. Je suis sidéré qu’une ministre d’expérience comme Michèle Courchesne puisse tomber dans un panneau pareil — avec une candeur que je qualifierais volontier de masochiste. Comment est-il possible de ne pas avoir anticipé le désastre que ses propos allaient provoquer, réponses après réponses, dans les jours suivants? Sidéré, je pense que c’est le bon mot (j’en adopterais même volontier un plus fort encore… des suggestions?).

Mario nous dit que la ministre a consacré les derniers jours à faire du damage control. En ce qui me concerne, c’est trop peu trop tard.

Et pour ceux qui sont tentés de saluer le courage de cette ministre qui aurait osé « ne pas utiliser la langue de bois », je dirai que ce n’est pas parce qu’on « parle vrai » qu’on dit la vérité et qu’il est encore possible de dire à quelqu’un (et même à tout un ministère) ses quatre vérités sans tomber dans la démagogie et sans flirter avec le mépris. Cela exige toutefois beaucoup plus de rigueur que la ministre n’en a démontré cette semaine.

Rien d’autre à dire sur le sujet.

2 commentaires

  1. Je suis en train d’écouter l’entrevue sur le site de Télé-Québec. Je n’en reviens pas. Comment pouvait-elle ne pas savoir que le Renouveau pédagogique n’a rien à voir avec la réforme de l’orthographe du français (qui n’est pas que québécoise, par ailleurs)? Comment peut-elle montrer aussi peu d’appui à SES équipes de fonctionnaires? Comment peut-elle croire qu’on n’enseignera plus les règles de grammaires, ni les règles de bases en mathématiques? C’est une véritable farce. Je ne sais plus trop quoi penser. Ouf…

  2. Ne pense pas, grande Sophie.

    Les Ministres de l’éducation passent, l’important c’est que les gens qui consacrent leurs talents à l’éducation (comme toi et ceux qui publient sur ce blogue) restent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s