L’utopique (mais pourtant nécessaire) cité éducative

Dans son texte de la rentrée, Michel Dumais m’interpelle, parmi quelques autres. Il nous fait part de quelques idées pour améliorer l’éducation au Québec. Il propose. Il ose proposer. Cela mérite qu’on réagisse davantage que cela n’a été le cas jusqu’à présent — parce que si nous sommes souvent prompt à réagir à la critique, nous devrions garder davantage de temps pour contribuer aux échanges plus constructifs.

Participer, réagir, commenter, c’est aussi une humble, mais très efficace, façon de valoriser la proposition au détriment de ce qu’André Roux qualifiait dans un commentaire la semaine dernière d’imposture de l’esprit critique… alors, je me lance, avec spontanéité, sans trop apporter de nuances, afin d’alimenter la discussion — dans l’esprit du texte qui me donne l’occasion d’écrire.

* * *

Michel parle d’accorder plus d’importance à la qualité de la langue à l’école; à la culture générale et au nécessaire apprentissage de l’anglais — à laquelle il croit qu’une année entière devrait idéalement être consacrée. Sur le fond je partage plusieurs de ses idées, mais je pense que c’est une erreur de demander encore tout cela à l’école. On en demande déjà beaucoup à l’école. On lui demande trop. On demande trop à ses acteurs. Trop de trop de choses. Trop de variété.

On ne devrait confier à l’école que ce qu’il n’est pas possible pour la société de faire autrement. Seulement ce qui demande une telle concentration de ressources et de moyens qu’il n’est pas possible — encore — de permettre aux enfants d’apprendre autrement. C’est le sens historique de la création de l’école.

L’école, dans une société pauvre — économiquement ou culturellement — c’est le meilleur moyen que nous avons trouvé pour réunir les ressources à un endroit, pour les concentrer, pour permettre à tous les enfants, notamment, de pouvoir en bénéficier. C’est aussi une façon de s’assurer que ces ressources soient partagées le plus équitablement possible. Les bibliothèques répondent aussi à un besoin semblable.

On a bâti les écoles parce qu’il n’y avait pas quelqu’un qui savait lire dans toutes les maisons. Parce qu’il n’y avait pas d’autres livres que la bible dans bien des foyers. Parce que la musique et les arts plastiques étaient inaccessibles à une large partie de la population.

Mais dans une société de plus en plus riche — à tous égards — je pense qu’on devrait progressivement alléger le fardeau de l’école… et revenir à l’essentiel: exiger d’elle ce qui ne peut pas être fait autrement.

Ce n’est malheureusement pas ce qu’on fait aujourd’hui. Même ce qu’on pourrait faire avantageusement hors de l’école on le demande à l’école. C’est trop facile. Et contre-productif.

Permettre aux enfants d’apprendre l’anglais? Privilégier l’immersion? Pourquoi pas! Mais pourquoi à l’école? Pourquoi pas l’été? Pourquoi pas un vaste programme de camp d’été en langue anglaise dans les différentes provinces canadiennes ou aux États-Unis? Et pourquoi pas payé par l’État — en tout ou en partie. Ce n’est pas seulement une question de fric, c’est une approche, une question de méthode.

Il faut accepter de réfléchir les questions d’éducation autrement. Il faut accepter de remettre en question le paradigme fondateur de l’école contemporaine: 100% des élèves à l’école, en présence d’un prof 100% du temps.

La culture de l’accompagnement à laquelle fait référence Michel? Ce ne devrait pas une exigence faite aux profs: c’est l’affaire de toute la société. Les enfants devraient être plus souvent bienvenus sur les lieux de travail. On devrait inventer de nouveaux espaces de rencontres entre professionnels et étudiants. On devrait faire plus souvent appel aux jeunes retraités et aux personnes âgées pour réaliser des activités éducatives au coeur de la ville. On devrait utiliser davantage les places publiques. On ne devrait plus construire un immeuble sans prévoir au rez-de-chaussé un espace éducatif pour être en mesure de témoigner de l’importance des activités qui s’y déroulent dans la vie de la communauté. On ne devrait plus accepter que les journaux soient publiés sans quelques pages où, chaque jour, des jeunes pourraient interpeller leurs aînés, proposer des projets, faire appel à de l’aide ou solliciter des conseils. On devrait trouver inacceptable qu’une grande entreprise (et même une petite) ait un site Web sans consacrer au moins une section de ce site aux savoir-faire qu’elle rassemble, à leur importance pour la société et aux méthodes et démarches nécessaires pour les acquérir.

Comment est-il possible qu’en 2008, toutes les écoles n’aient pas déjà au moins une page web avec, en permanence, une liste de besoins et de souhaits continuellement mis à jour? Une page Web qui la relie aux autres écoles de leur secteur, à l’hôtel de ville, à des associations, aux familles, aux écoles d’autres villes — voire d’autres pays. Un système de pages Web (et de flux rss) qui permettrait de structurer les besoins, de façon dynamique; qui permettrait aux forces vives d’un milieu de s’engager aux côtés des profs; qui permettrait aux milieux de constater plus adéquatement qu’un palmarès les richesses et les forces les uns des autres — et à l’État de pallier aux iniquités, lorsque nécessaire. Ce n’est rien de très compliqué techniquement aujourd’hui. Le défi est politique: il faut en avoir la volonté. Si seulement on en faisait le « avant la fin de la décennie nous marcherons sur la lune » de notre époque?

On aura beau mettre tous nos espoirs et toutes nos ressources entre les quatre murs de l’école, si on ne place pas celle-ci au coeur d’un véritable écosystème communautaire nous serons cruellement déçus. L’école au centre de la société c’est anachronique: l’école au coeur de la vie communautaire — et de la vie des jeunes c’est mieux. Demander à l’école de résoudre les problèmes de Montréal-Nord c’est irréaliste. Faire en sorte d’engager les forces vives de Montréal dans la vie du quartier et mobiliser des ressources autour des écoles de Montréal-Nord, ça semblerait promis à plus de succès…

La cité éducative c’est ça. La cité ce n’est pas la ville. Ce n’est pas le pays. C’est l’environnement dans lequel on vit. C’est l’espace qu’on partage avec les autres. C’est le vivre ensemble. Et pour bien vivre ensemble, je suis convaincu qu’il n’y a rien comme apprendre ensemble.

Il faut relire Illich et ses learning web. Il faut relire Freire sur le dialogue. Il faut revoir l’oeuvre du Frère Marie-Victorin avec les cercles des jeunes naturalistes. Il faut réhabiliter la place publique comme lieu d’apprentissage. Nous avons des technologies et une connaissance de la psychologie de l’apprentissage qui nous permet de faire un grand pas de plus sur la voie que ces grands pédagogues nous ont indiquée.

L’école reste nécessaire, bien sûr — mais seulement quand on ne peut pas faire autrement. Serais-je utopiste? Ou naïf ? Michel assume. Moi aussi.

Prenons donc dans les prochaines années (ce sont des processus lents, autant l’accepter sereinement) l’habitude de nous demander si tel ou tel autre apprentissage ne pourrait pas se faire mieux hors de l’école que dans une classe.

Osons croire que l’école c’est là où on va pour apprendre seulement ce qu’il n’est pas possible d’apprendre mieux ailleurs… d’autant que je pense qu’on peut être sans crainte: même avec ce point de vue, le programme de l’école sera sans doute encore chargé pour de très nombreuses années.

On évitera au moins une chose: tout/trop attendre de ceux qui font l’école, au quotidien.

7 commentaires

  1. « On a bâti les écoles parce qu’il n’y avait pas quelqu’un qui savait lire dans toutes les maisons. Parce qu’il n’y avait pas d’autres livres que la bible dans bien des foyers. Parce que la musique et les arts plastiques étaient inaccessibles à une large partie de la population.

    Mais dans une société de plus en plus riche — à tous égards — je pense qu’on devrait progressivement alléger le fardeau de l’école… et revenir à l’essentiel: exiger d’elle ce qui ne peut pas être fait autrement. »

    Je commente sur ce détail qui m’a frappé. Je commente vite et mal sans doute, c’est la rentrée et ça tire du jus… Écoute Clément, je lis juste ce petit bout-là, et ça me dit qu’au fond, l’école on peut la questionner un peu partout, mais qu’on ne pourra jamais s’en passer dans les milieux défavorisés, dans ces maisons où l’unique livre n’est plus une bible, mais le publi-sac avec ses circulaires et le journal local et où il y souvent des adultes qui sont des analphabètes fonctionnels.

    Pour le reste, je suis d’accord. Commentant le projet de loi 88, j’écrivais ceci, en conclusion des travaux de la commission parlementaire « Je suis déçu qu’on parle si peu de régionalisation, d’approche territoriale, de solidarité et de développement social et durable. Qu’on commente et propose pour soi et soi seul, à courte vue, sans vision globale. » C’était ici: http://carnets.opossum.ca/LeNeuf/archives/2008/05/la_vision_globale_et_le_projet.html

    Continue à pousser Clément. J’y serai aussi, de là où je suis. Je déposerai demain ton texte et le commenterai dans le cadre d’une rencontre d’un groupe de partenaires de tous horizons qui travaillent au développement d’une approche territoriale intégrée pour lutter contre la pauvreté et pour le développement social et durable.

  2. C’est vrai qu’il faut porter une attention particulière à la réflexion sur l’évolution du rôle de l’école dans les milieux défavorisés. Il ne faudrait pas que nos efforts aient pour effet d’accentuer les iniquités.

    Néanmoins, je pense qu’il faut avoir le courage d’aborder la question « milieu par milieu » — en nous appuyant sur la conviction que chaque milieu a ses forces et que les technologies doivent dès maintenant être mises à contribution pour supporter de nouvelles formes de réseaux de solidarité autour de l’école.

    Et si, justement, cela devenait partie intégrante de notre projet de société que de relier les milieux entre eux au plan éducatif — hors de l’école.

    …non pas au détriment de l’école, mais justement pour lui permettre de mieux respirer… en appuyant ses acteurs par de nouvelles formes de complicités?

    Et je lance ça comme ça, sans trop réfléchir… si on a mis en place dans le passé les Centres locaux de services communautaires (CLSC) pour assouplir la délivrance des services de santé au Québec — non pas contre les hôpitaux, mais en complément de ceux-ci — est-ce qu’on ne pourrait pas adopter une approche semblable dans le domaine de l’éducation… en tenant véritablement compte du potentiel qu’offre Internet dans ce domaine?

  3. Et je lance ça comme ça, sans trop réfléchir… si on a mis en place dans le passé les Centres locaux de services communautaires (CLSC) pour assouplir la délivrance des services de santé au Québec — non pas contre les hôpitaux, mais en complément de ceux-ci — est-ce qu’on ne pourrait pas adopter une approche semblable dans le domaine de l’éducation… en tenant véritablement compte du potentiel qu’offre Internet dans ce domaine?

    Euh, je comprends l’idée, mais n’est-ce pas simplement une poursuite de l’institutionnalisation de l’éducation (et la déresponsabilisation des communautés)? Il faudrait que ce service intermédiaire soit un moyen terme entre le vaste public et les politiques ministérielles, mais non animé par le gouvernement (au pire, encadré/piloté par le gouvernement, mais sans plus)… Enfin, c’est là la réaction qui s’impose dans la logique de ton raisonnement!

  4. Clément,
    en tout premier lieu, merci mille fois de ta réflexion suite à mon billet. Au risque de te parodier un tantinet, j’y reviendrai sous peu. Cela dit, cessons de parler d’utopie qand il s’agit de cette merveille idée de cité éducative. Affirmons plutôt qu’il s.agit d’un projet de société tout ce qu’il y a de plus réaliste.

  5. Il est possible de faire beaucoup dans les écoles. C’est de tout évaluer qui est impossible et inutile. L’évaluation est le vrai fardeau.

  6. « Our learning institutions are not responsible to the needs of our communities, largely because they are too far removed from those communities, and to some extent because our communities are so fragmented and confused (and lied to) that they no longer know what they need their members to know. The reconstruction of the educational system therefore needs to be a partnership in which those whose work it is to teach can help those in the community understand what is needed and what is possible, and in which the members of the community can then empower the ‘teachers’ to provide for those local needs and to realize what is possible. Thence the whole community becomes the place of continuous learning for all its members. »
    Dave Pollard, Rebuilding Learning Institutions Bottom-Up and Community-Based

    Toute sa réflexion sur l’importance de vivre ‘connectés’ en ce 21e siècle est à lire et à relire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s