Sept jeunes maisons d’édition québécoises

Le numéro de janvier 2009 de L’actualité nous offre un portrait de sept jeunes éditeurs québécois. Un véritable plaisir à lire. On sent bien leur passion — c’est une série de textes vraiment très stimulant.

Sans compter qu’Isabelle Grégoire m’a fait réaliser qu’un texte sur la renaissance de l’édition québécoise, publié le 27 novembre dernier dans le Le Monde des livres, m’avait échappé — il est lui aussi très intéressant.

Il est possible de lire le texte de L’actualité en ligne, ici. Je vous le recommande chaudement.

Accès direct aux portraits:

Florence Noyer, Héliotrope
Jennifer Tremblay, La Bagnole (bas de la page)
Simon Philippe Turcot, La Peuplade
Antoine Tanguay, Alto (bas de la page)
Brigitte Bouchard, Les Allusifs
Éric de Larochellière, Le Quartanier (milieu de la page)
Mélanie Vincelette, Marchand de feuilles (bas de la page)

On peut également lire de (trop) courts extraits d’oeuvres récemment publiées par chacune des maisons d’édition ici.

Mais, surtout, je vous invite à découvrir les sites Web de ces jeunes maisons, qui contribuent à dynamiser la littérature québécoise.

Héliotrope
La Bagnole
La Peuplade
Alto
Les Allusifs
Le Quartanier (aussi: le blogue)
Marchand de feuilles (aussi: le blogue)

5 commentaires

  1. Plus sérieusement, j’avais averti Isabelle Grégoire que son approche était biaisée : jeunes éditeurs ou jeunes maisons d’édition ? Je trouve dommage de passer à côté d’un Arnaud Foulon (HMH), d’une Nicole Saint-Jean (Guy Saint-Jean) ou d’un… Gilles Herman (Septentrion) qui ne sont certes pas les derniers à se tourner vers la nouveauté ou à mettre un chapitre en ligne gratuitement.

    Éric Simard a un terme pour nous définir : dans le portrait de l’édition québécoise, nous sommes les «petits gros ». Pas assez gros pour avoir ces « campagnes de promotion à grands frais », pas assez petits pour « bousculer nos habitudes de lecture ».

    Amer ? Non. Déçu ? Un peu, mais si peu !

  2. Je connais Simon et Mylène de La Peuplade. Que d’entrepreneurship, de dynamisme et d’amour du livre chez eux! Quand on se voit au Salon du Saguenay, c’est fou ce que j’apprends sur les débuts d’une maison!

  3. @Gilles :

    C’est vrai… et il y aurait une foule d’autres exemples d’innovation dans l’édition à citer en exemples.

    Il faudrait d’ailleurs faire un portrait « incarné » de cette « industrie » un de ces jours (plus tôt que tard!)… parce que c’est étonnant/dommage que ce soit L’actualité qui nous présente ce portrait stimulant (et très fragmentaire) aujourd’hui… alors que presque tous les sites « officiels » ou « de représentation » des éditeurs, des diffuseurs, des distributeurs, des libraires, et même des auteurs, sont pour le moins austères et présentent « la réalité »de façon essentiellement statistiques: c’est dommage!

    Quand est-ce qu’on se lance (et avec qui?) dans un projet de site qui rendrait plus adéquatement compte de tout le bouillonnement, la créativité et l’innovation qu’il y a dans ce milieu (malgré quelques conservatismes, ne le cachons pas non plus!)?

  4. malheureusement, les liens ne fonctionnent plus – L’actualité semble avoir retiré l’article de son site (pourquoi?)… bien dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s