Ça sent la coupe

Ça sent la coupe

J’ai recommencé à lire des romans début décembre après plusieurs mois de pause… fin d’aventure française et retour au Québec obligeant — avec la fatigue qui accompagnait tout ça.

Après m’être lancé dans Millenium (tomes 1 et 2 en une quinzaine de jours; le tome 3 m’attend au pied du lit) j’ai eu envie de m’offrir un survol éclectique de jeunes auteurs québécois.

J’avais été intrigué par Matthieu Simard en explorant le projet Epizood des Éditions de la Courte Échelle, dont il est l’auteur d’une des premières séries : Pavel. Au cours des derniers jours, j’ai donc lu de lui Ça sent la coupe (dont il y a une nouvelle édition).

Je pense que le commentaire qui en a été fait dans Le Libraire est assez juste:

« Ça sent la coupe, c’est une vraie histoire de gars : ça parle pas mal de hockey, mais aussi des chums, des blondes, du besoin d’amour et de sexe. La télé, surtout si elle mesure 51 pouces, est un beau refuge pour Matt, surtout quand Théo ne s’en fait pas scorer trop. Malgré tout, le monde et la gang continuent d’exister, et quand son bon ami Mike déprime ou que sa copine Julie le laisse, il lui faut rebondir pour la coupe de la vraie vie. Un livre sans prétention, écrit dans une langue parlée digne des plus beaux épisodes de Lance et compte, une histoire qui fait sourire et beaucoup de bien, et qui va aider les copines à mieux nous comprendre. »

…je laisserais toutefois tomber la dernière phrase. Parce que si c’est un vrai livre de gars… un livre distrayant… un livre qui permet de se moquer de certains de nos travers de gars… je serais bien désolé qu’il aide qui que ce soit à me/nous comprendre. Le récit relève plus de la caricature que du portrait.

Mais je n’en fais pas le reproche à Matthieu Simard, qui a eu, je crois, beaucoup de plaisir à écrire ce livre — et qui m’a fait rire à plusieurs reprises. Et je ne crois pas qu’il avait la prétention de faire avec son deuxième roman une grande fresque sociologique.

Ça sent la coupe restera pour moi comme un polaroïd acidulé d’une saison de hockey, écrit par avec une écriture très blogue par un gars presque ordinaire (vous en connaissez beaucoup des gars qui écrivent trois pages à la fin de chaque match de hockey avant d’aller se coucher?).

Pour en savoir plus sur Matthieu Simard: son site et son blogue.

ISBN: 2760409759 | 9782923662053

3 commentaires

  1. Pour mémoire, concernant Epizood, Pavel et Mathieu Simard:

    « Avec Pavel, La Courte Échelle réunit le meilleur des deux mondes de mon enfance, car c’est intelligent et ça se lit aussi vite qu’une bédé! Car, le roman Pavel, est publié en épisode dans la collection… Epizzod. Ce qui nous donne un roman jeunesse qui se dévore le long d’un trajet de métro ou d’autobus. »

    Source:
    http://www.coteblogue.ca/articles/du-bonbon-a-devorer-depisode-en-epizzod/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s