Des livres qui nous accompagnent

kindle_CDG_2

Retour de voyage. Home sweet home.

J’étais parti pour Rome avec un exemplaire du Monde qui titrait, à la une, « Amazon lance son Kindle à l’assaut de la planète ».

En correspondance pour Montréal, à l’aéroport Charles-de-Gaulle, hier, j’ai vu mes deux premiers Kindle en véritable situation d’usage. C’est l’image d’entête de ce texte: un homme et une femme qui lisent, lui sur le Kindle DX, elle sur le Kindle 2. Personne ne s’étonnait tant leurs appareils se confondaient parmi les Nintendo DS, iPod Touch, iPhone et autres gadgets en vogue. J’ai d’ailleurs été fasciné de voir à quel point la posture des gens est identique quelque soit l’appareil qu’ils ont entre les mains. On pourrait les interchanger sur des photos sans que cela n’y paraisse — sinon d’un point de vue sociologique (des jeunes avec des livres? des vieux avec des consoles de jeux vidéos?). Pourtant, pour l’essentiel, chacun tient un récit, plus ou moins interactif, entre ses mains.

Entre temps, j’aurai aussi vu des livres merveilleux dans le cadre d’une exposition sur les instruments scientifiques de la collection du Vatican — une exposition qui passait sous silence d’obscène façon le sort réservé pendant des siècles aux astronomes, et en particulier à Galilée, mais qui offrait à voir des objets et des livres absolument merveilleux.

J’ai été particulièrement étonné par ces livres, du XVIe siècle, dont les pages se dépliaient de savantes façons pour rendre compte avec précision des reliefs de la surface de la lune, ou du mouvement des planètes. Des pages dont des illustrations s’animaient grâce à un ingénieux système de superposition de feuilles reliées par des ficelles. Des oeuvres qui n’ont rien à envier aux PopUp Book modernes que j’ai pu voir à Francfort — le caoutchouc et les pouet pouet en moins.

livre_vatican_1

livre_vatican_2

J’ai aussi pu m’étonner de retrouver Cory Doctorow par hasard dans une cafeteria de Rome, le dernier jour de notre voyage — lui qui avait pris part à la conférence d’ouverture de Tools of Change, à Francfort. Pas lui en personne, bien sûr, mais une de ses oeuvres. En effet, en levant les yeux entre deux gorgées de capucino, j’ai découvert le premier chapitre de son dernier livre en italien sur un support destiné à accueillir des cartes postales publicitaires — comme il y en a partout au Québec. Un beau petit livre, d’un seul chapitre, bien présenté, qui se termine par « continua in libreria… », comme il se doit!

chapitre_pub_1

chapitre_pub_2

chapitre_pub_3

chapitre_pub_4

Il y avait aussi d’autres premiers chapitres de livres — et pas tous du même éditeur — dans ce présentoir. Je ne sais pas si cela s’est déjà fait au Québec et que j’ai manqué quelque chose, mais j’ai trouvé que c’était une très bonne idée. Introduire le livre là où les gens se trouvent, dans les restos, dans les bars, dans les dépanneurs — comme La courte échelle le fait avec Epizzod à l’intention des ados.

Notre aventure de livres en voyage a aussi été ponctuée par la lecture, pour Ana, de The Lost Symbol, de Dan Brown, sur la PRS-600, et pour moi de Terre des Hommes, de Saint-Exupéry, sur la PRS-505.

Et elle s’est terminée par un amusant clin d’oeil, avec la lecture d’un texte de Jean-Sébastien Trudel, un voisin — et papa d’amis des enfants — que j’ai découvert tout à fait par hasard dans le magazine d’Air Canada à vingt minutes de Québec. Intitulé À la pêche, le texte s’est mérité le second prix dans la catégorie Nouvelles, aux Prix littéraires Radio-Canada en 2008. Un texte d’une seule phrase qui, comme un voyage, est fait de méandres, d’incises et d’élisions.

Un voisin qui nous accueille, de retour de voyage, sans même le savoir, et avant même qu’on ait  mis les pieds au sol —  c’est aussi ça la magie littéraire!  Je pense que Saint-Exupéry aurait apprécié cette histoire d’avion, de mots et d’amitié.

* * *

Après une bonne nuit de sommeil, il reste beaucoup de lavage à faire, le réfrigérateur à remplir, une visite d’école secondaire à effectuer, des devoirs et des leçons avec les enfants, des centaines de photos à classer, des courriels à survoler (mes ambitions à cet égard sont assez minces — faudra être patient!), beaucoup du rattrapage médiatique (incroyable ce qu’il peut se passer en deux semaines à l’étranger!) et la lecture de tous les blogues qui ne se sont évidemment pas arrêtés en mon absence (en particulier pour rendre compte du colloque Génération C, organisé par le CEFRIO, que j’aurai manqué avec beaucoup de peine).

Et pendant ce temps, il y a les enfants qui rient en jouant dans ce qu’il reste de la première neige…

3 commentaires

  1. eh, c’est moi qui vous donne le message de bienvenue à Québec City ! mais tâchez de garder les yeux fermés quelques heures pour le souvenir des pierres de Rome…

    on va tous avoir à raconter, dans les prochains mois, des exemples de comment nos petites tablettes de lecture se banalisent

    pour moi, le soir, c’est quasi un rituel maintenant, avec seule petite remarque : c’est moi qui me prépare, dans la journée, mes provisions de texte correctement mis en page (une Chartreuse de Parme, deux ou trois PDF de mon Saint-Simon année par année, ou des redécouvertes – mais me manque une provision de littérature bien populaire, Simenon par exemple)

  2. Après Francfort et Paris, (comme c’était agréable de t’y retrouver !), Rome, alors. Et maintenant, la neige qui arrive déjà à Québec. Le monde tourne bizarrement, même en dehors des livres étranges et magnifiques que tu nous montres dans ton billet d’aujourd’hui : changement d’heure, amis qui changent de continent, François qui t’accueille à Québec, Cory Doctorow à Rome. J’étais un peu à Rome aujourd’hui aussi, c’était une journée Fellini, expos et rétrospective à Paris, et ça va durer plusieurs semaines. Quitter les mots, un peu, et plonger dans les images. Amitiés.

  3. « …une visite d’école secondaire à effectuer… »
    Ouch! Déjà!

    C’est bon de lire le développement de vos projets, l’étendue et la qualité de tes réseaux ainsi que la « vision Laberge »…

    À bientôt j’espère!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s