Et vous, l’autorité?

IMG_0002

J’avais été profondément bouleversé, il y a quinze ans, par le film allemand Das Experiment, qui s’inspirait de l’expérience de Standford, qui avait été menée par Philip Zimbardo en 1971. C’est même devenu un de mes films cultes, avec Douze hommes en colère, Fight Club et Barton Fink.

L’expérience de Standford | Wikipedia

Das Experiment (L’expérience), le film (2001) | Wikipedia

Le professeur Zimbardo publiait aujourd’hui un remarquable texte sur Medium pour revenir sur cette expérience mythique, qui se retrouve de nouveau dans l’actualité à l’occasion de la sortie cette semaine d’un nouveau film à son sujet intitulé The Stanford Prison Experiment.

The Stanford Prison Experiment | Philip Zimbardo | Medium

Quelques extraits du texte — que je vous invite à lire en entier.

In the summer of 1971, I created a research project focusing on the psychological effects of prison life, for both the prisoners themselves and the prison guards.

The simple premise was to understand what happens when you put only good people in a bad situation.

This dramatic study has become known as the Stanford Prison Experiment, and it’s the subject of a new film directed by Kyle Patrick Alvarez, written by Tim Talbott.

La bande annonce du film (en anglais) est disponible ici:

The Stanford Prison Experiment Official Trailer #1 (2015)

On sent bien dans le texte de Philip Zimbardo que celui-ci reste profondément marqué par l’expérience qu’il a menée il y a presque 50 ans — où il s’était lui même trouvé engagé à un niveau insoupçonné:

In my adopted role of Prison Superintendent, I soon became insensitive to obvious prisoner suffering, failing to limit guard abuses. My girlfriend (now my wife) was the only person who saw the situation for what it had become, when she visited the jail on the fifth night. She said to me, “I know you from other situations. I know you’re a caring, loving person. I don’t recognize who you have become here, but realize that these boys are suffering and YOU are responsible for it.”

L’expérience reste évidemment d’une frappante actualité — et pas que dans les cas les plus extrêmes:

Such prisons of the mind are everywhere — in mental hospitals, jails, summer camps, high schools, businesses, and more.

La réflexion à laquelle nous convie le professeur Zimbardo dans son texte d’aujourd’hui, nous amène toutefois aussi de l’autre côté du miroir, vers un plus grand optimisme, en plongeant dans ses travaux plus récents avec le Heroic Imagination Project.

Can people learn how to recognize when authority oversteps its bounds, and cultivate the tools to resist and push back? I know they can.

By learning the skills, strategies, and knowledge of wise and effective social action, and channeling the private virtue of compassion into this civic virtue of heroism, youth and elders can change their world.

Finally, we replace the old notion of heroes as unique people, born to their elite status, or Super Heroes (who lack brains), with hero squads who work collaboratively, doing extra-ordinary deeds of daily heroism in their families, schools, businesses, and communities.

On passe vraiment dans ce texte, en quelques paragraphes, du côté le plus noir de l’être humain à sa dimension la plus claire et inspirante.

Et vous, l’autorité?

2 commentaires

  1. N’oublions pas que l’expérience de Stanford ne révèle pas nécessairement « la nature humaine » mais plutôt « la nature de jeunes hommes blancs assez riches pour aller au collège »…

  2. C’est une remarque intéressante, que j’aurais envie de mettre en parallèle à cette autre lecture, faite aussi sur Médium, ce matin:

    medium.com/@joseiswriting/why-i-made-whitepeople-29bc2fe86b63

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s