Déconnecté?

IMG_1297.jpg

La chronique de Joseph Facal dans le Journal de Montréal d’aujourd’hui me laisse perplexe.

Un homme déconnecté | Joseph Facal | 7 décembre 2015

Pas tant parce que je ne serais pas d’accord avec ses conclusions sur Justin Trudeau, mais parce que je m’interroge sur sa proposition selon laquelle:

« Pour moi, un leader politique «de son temps» est quelqu’un qui voit clairement les enjeux du moment, qui comprend ce qui préoccupe vraiment ses concitoyens.»

Qui voit clairement les enjeux du moment, bien sûr.

Sensible à ce qui préoccupe vraiment les citoyens, bien sûr.

Mais est-ce pour autant forcément la même chose?

Je ne sais pas si c’est ce que Joseph Facal suggère — c’est bien ce qui m’embête.

Parce que s’il ne fait pas de doute que «l’enjeu qui s’est hissé au premier rang de l’agenda des pays qui comptent» (un concept sur lequel je m’interroge par ailleurs) n’est «ni le réchauffement climatique, ni les finances publiques» — que c’est «indiscutablement la lutte au terrorisme», je ne crois pas que cela soit suffisant pour affirmer qu’il s’agit de l’enjeu du moment — «le combat d’aujourd’hui et non le combat d’hier», pour reprendre l’expression de Facal. Ce qui préoccupe les citoyens, oui. L’enjeu du moment, par voie de conséquence? Dans une perspective partisane, aucun doute. Avec de la perspective, et par-delà les impératifs électoraux, je suis moins sûr.

Je peux difficilement accepter qu’on présente «la lutte au terrorisme et la question de notre sécurité» comme l’enjeu du moment sans intégrer dans le périmètre de «l’enjeu du moment» une forte dimension d’éducation. Il est impossible de se sortir véritablement des enjeux de sécurité sans accroître les ressources que nous accordons à l’éducation. Il faut le dire, sans quoi on passe à côté de l’essentiel.

Pour moi, un leader politique «de son temps», c’est quelqu’un qui comprend ce qui préoccupe vraiment les citoyens — qui sait, bien sûr y répondre adéquatement — mais qui sait aussi s’en dégager pour pouvoir travailler sur ce qui excite peut-être un peu moins les instincts, mais qui détermine plus durablement les « combats d’aujourd’hui » de la génération suivante.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s