Bilan 2015

IMG_1102

J’ai relu ce matin les 335 notes que j’ai rédigées dans mon journal personnel DayOne en 2015. Total: presque 76000 mots et une quarantaine de photos. Encore une fois la même impression: quelle incroyable richesse que ces quelques notes quasi quotidiennes! On oublie tellement de choses dans une année autrement (ça aide aussi à découvrir certains éléments récurrents dans notre vie…). S’ajoute à cela comme matériaux de bilan: 83 textes sur mon blogue et 156 photos sur Instagram.

Alors, au regard de tout ça, quel bilan faire de 2015?

Disons d’abord que ça a été une année particulièrement chargée.

Au plan professionnel, j’ai eu vraiment beaucoup de travail. Comme jamais. Vice-président directeur général d’une entreprise de 30 employés en pleine réorganisation, ça occupe! J’ai dû apporter de nombreuses améliorations à mes façons de travailler. Et je l’ai assez bien fait, je pense. Les résultats sont là pour en témoigner. J’en suis très satisfait.

Malgré ce succès, j’avais de plus en plus envie d’autres choses — de plus de liberté d’entreprendre. Je suis très fier d’être allé au bout de la démarche à laquelle me conviait cette envie, d’avoir réussi à mettre un terme correctement à mon emploi chez De Marque et de pouvoir entreprendre l’année 2016 comme travailleur autonome — le temps de donner forme à la suite des choses (j’y faisais référence hier).

Ce n’est pas facile de quitter un projet que j’ai aimé profondément et une équipe aussi extraordinaire. Heureusement, l’éducation familiale, avec la fable Le Loup et le Chien, de La Fontaine comme repère (impossible de la lire sans entendre les intonations de mon père) m’ont aidé à franchir les étapes nécessaires pour ce nouveau départ.

Au plan politique aussi ça aura été une année très chargée. J’ai été élu président régional du Parti Québécois pour la Capitale-nationale et j’ai été candidat pour une deuxième élection en 18 mois! Je suis également très satisfait de cette autre expérience, qui a été extrêmement différente de la première, et dont les résultats ont été bien meilleurs. Nous avons des militants fantastiques dans Jean-Talon — et un exécutif vraiment exceptionnel. Il y a eu aussi la course à la chefferie et une élection fédérale. Ouf! Une année d’actions, à affronter le vent, alors que la prochaine année sera vraisemblablement plutôt consacrée à la redéfinition de notre mouvement.

Je resterai plus pudique sur ma vie familiale, mais je ne peux pas faire de bilan sans dire à quel point 2015 a été, de ce point de vue, un millésime exceptionnel. La vie à cinq, avec des ados de 13, 15 et 17 ans, a été un plaisir chaque jour renouvelé. De nouvelles discussions, de nouveaux intérêts, une nouvelle dynamique avec les amis, des complicités renforcées. Nous avons eu très peu de vacances tous ensemble (campagne électorale oblige), mais nous avons tout de même réussi à faire un inoubliable voyage à DisneyWorld.

De façon très générale, je dirais que ça été une année où j’ai beaucoup appris sur ce que j’aime, sur ce que j’ai envie de faire, sur ce qui est important pour moi, sur ce à quoi j’aspire — et sur les défis que cela suppose de relever. Une année d’apprentissages importants, sur lesquels il me reste à bâtir.

En terminant, quelques anecdotes que la relecture de mon journal m’a rappelées:

Le repas le plus étonnant de 2015 — Pour l’anniversaire du Pied Bleu: testicules de boeuf, tartare de coeur de canard, anguille de Kamouraska fumée, tripes de porc, tête de saumon, crevettes séchées, etc.

La rencontre la plus surprenante de 2015 — Michèle Therrien, fondatrice d’un programme de langue inuktitut, à Paris, et sa mère Madeleine, consule honoraire du Mexique à Québec, lors du même repas au Pied Bleu.

Le lieu le plus magique découvert en 2015Le Jardin des quatre vents, dans Charlevoix. Extraordinaire!

Un autre moment particulièrement enchanteur de 2015 — La visite de Foresta Lumina, à Coaticook.

Un roman que j’ai particulièrement eu de plaisir à lire en 2015D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan.

Aussi, ce qui n’est certainement pas une anecdote, plutôt un fait saillant de 2015: après avoir dit pendant des années que «j’aurais un tatouage quand je saurai quoi et », je me suis finalement fait tatouer Sire Loup, de La Fontaine, d’après sa représentation de Grandville, sur le bras droit. Coché! 

Et, finalement, ce dont je suis le plus reconnaissant, encore cette année: la chance inouïe d’être entouré de familles et d’amis aussi extraordinaires. Parce que c’est assurément ça le plus beau de l’expérience humaine.

 

 

3 commentaires

  1. Je te souhaite tout le succès espéré dans ta nouvelle vie professionnelle. Et merci pour tout ton travail sur la scène du livre numérique au Québec et ailleurs dans le monde. On ne pourra pas en faire l’histoire sans s’arrêter à ta contribution stratégique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s