De Marc L*** à Christopher Wylie

Il y a dix ans, le magazine français Le Tigre faisait un buzz planétaire en illustrant comment notre utilisation du web dévoilait notre vie personnelle (j’en avais parlé le 16 janvier 2009).

Raphaël Meltz avait écrit un article qui décrivait avec une invraisemblable précision la vie de Marc L*** (un internaute réel) en se basant uniquement sur de l’information librement accessible sur le Web (sur Flickr, Youtube, et un peu Facebook, qui était encore relativement naissant). On y découvrait sa ville de résidence, ses études, sa profession, ses occupations, les noms et photos de ses amis, ses récits de voyages, certaines de ses possessions, etc. Le résultat était sidérant.

À l’époque, les débats provoqués par la publication de cet article ont essentiellement tournés autour du droit à la vie privée — sur une base individuelle: qu’est-ce que notre employeur (actuel ou futur) ou nos voisins pouvaient apprendre de nous, par exemple.

Un texte semblable aujourd’hui aurait probablement un certain retentissement, mais bof… au s’est tellement habitués à laisser toutes ces traces derrière nous… et ça n’intéresse tellement personne au fond (combien de temps vous avez mis à espionner vos voisins récemment? et les employeurs, ils ont appris à composer avec les frasques de jeunesse, non?). Et de toutes façons, tout le monde raconte sa vie sur Facebook et ça se passe bien… N’est-ce pas?

Dix ans plus tard

Dans sa revue de 2018, le magazine Wired consacre un article à Christopher Wylie — qui est, de mon point de vue, la personnalité de l’année.

C’est lui qui a tiré la sonnette d’alarme avec Cambridge Analytica et Facebook il y a quelques mois… Un scandale qui s’est avéré n’être que la pointe de l’iceberg. Et il ne s’est pas contenté de sonner l’alarme… il a été sur toutes les tribunes, toute l’année, partout dans le monde, pour expliquer et vulgariser les enjeux associés aux renseignements personnels, tant auprès de la population que des élus.

Ce que Christopher Wylie nous a aidé à mieux comprendre c’est que notre peur de 2009 ne portait pas sur la bonne chose… La protection de la vie privée n’est pas le principal danger lié à la collecte des renseignements personnels.

S’il est vrai que les renseignements personnels n’ont généralement que peu d’intérêt pris individuellement, il se trouve qu’ils valent des fortunes quand ils sont rassemblés, structurés et analysés. Ils deviennent alors la source d’un pouvoir énorme: celui de manipuler les gens.

Les banques de données personnelles permettent, bien sûr, de manipuler les gens à des fins mercantiles — par une publicité ultra personnalisée;

Mais elles permettent aussi (surtout?) de manipuler les gens à des fins politiques, en pervertissant les circuits d’information et la démocratie.

Après un peu plus de dix ans d’expérience des médias sociaux, ce qu’il devient essentiel de comprendre c’est qu’en permettant, collectivement, à quelques gigantesques entreprises d’accumuler autant de renseignements personnels, on leur accorde aussi, béatement, le pouvoir de nous manipuler.

Le problème ce n’est pas les médias sociaux, mais bien l’absence de cadre réglementaire dans lequel ils se développent actuellement.

Si on ne fait rien, il ne faudra pas se surprendre de voir s’effriter la démocratie partout dans le monde et de voir se multiplier les résultats d’élections étonnants qui vont mettre nos institutions à rude épreuve.

Wired dit que 2019 est l’année où il devient indispensable de poser des gestes devant la menace que fait poser l’accumulation, le commerce et le traffic de renseignements personnels.

Un comité sénatorial canadien vient aussi de sonner l’alarme: la démocratie est menacée.

***

Je pense que l’accumulation des renseignements personnels dans les mains de quelques entreprises pose une menace aussi importante pour notre civilisation que les changements climatiques.

Sauf qu’à la différence des changements climatiques, il s’agit d’une menace qu’il serait facile d’éliminer: il suffirait d’un peu de courage politique pour encadrer la cueillette de renseignements personnels, leur conservation, leur analyse et — surtout — les échanges commerciaux dont ils font l’objet.

Un souhait pour 2019? Oui, ça pourrait être ça…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s