Il n’y a pas que des voleurs d’enfance

Je trouve incroyable que le documentaire (où est-ce un pamphlet?) de Paul Arcand, Les voleurs d’enfance, ait pris une telle place dans les médias avant même d’être en salle. Ça sent un peu le débat public provoqué pour des raisons publicitaires (ce qui n’en fait pas un débat moins important!).

Avant de juger sur le fond il faudra évidemment attendre de voir le film et accepter passivement que les experts nous farcissent d’analyses de toutes sortes pour encore trois pleines journées. On a rarement vu mieux pour faire en sorte qu’une population se sente incompétente pour prendre part au débat.

On fait quand même parfois de belles découvertes parmi tous ces experts. Cela a été le cas pour moi ce soir, au Point, avec le pédiatre social Gilles Julien. Son approche, éducative au possible, misant sur le milieu et la communauté, m’a plu beaucoup. J’ai trouvé deux textes qui permettent d’en savoir un peu plus à son sujet:

La pédiatrie magique du Dr Bohème
Dr Intraitable

Il faut aussi visiter le site de l’organisme Assistance d’enfants en difficulté, que le docteur Julien a contribué à mettre sur pied.

Un homme décidément très inspirant.

6 commentaires

  1. Ça prend des proportions assez incroyables en effet!

    Quelqu’un a-t-il entendu des commentaires émis par les DPJ à propos des propos salés tenus par Arcand à leur égard? À Chicoutimi hier matin, une telle entrevue devait avoir lieu à la radio locale mais je n’ai pas pu l’écouter malheureusement…

    J’ai bien hate de voir les changements qui pourront etre apportés socialement parlant devant la nature systémique de la problématique…

  2. Cette référence au pédiatre social Gilles Julien est très intéressante dans le contexte… Elle suscite l’engagement communautaire plutôt que de reporter la responsabilité uniquement sur les institutions professionnelles.

  3. J’ai aussi été très surprise de voir qu’on précipitait les débats et lignes ouvertes alors que le grand public n’avait pas encore pu voir le film! Je ne sais pas s’il s’agit tant d’un cas de promotion du film que le fait qu’aucun média ne voulait avoir l’air de parler de tout cela « une semaine en retard ». Ça en devient ridicule.

    Ceci étant dit, j’ai vu le documentaire hier (dimanche) et j’ai trouvé qu’il était plus nuancé que ce que j’avais crains! On donne cependant très peu la parole aux gens qui travaillent directement avec les enfants en centre d’accueil, ce qui est regrettable.

  4. Je ne peux pas conçevoir comment la société, voir l’être humain surrestime et maltraite l’enfant. Un enfant ne choisis pas de vivre. Offrez-lui donc de l’amour, du bonheur et du respect!!! Ils sont si fragiles à toute âge! Il n’est absolument pas concevable de voir comment le québécois moyen se ferme trop souvent les yeux sur ce qui lui est le plus fragile et le plus important: les enfants, sa génération prochaine. Comment faire la guerre aux plus faibles!!! Arrêtez de voir les jeunes comme une génération de délinquants; si on leur donne de l’amour, ils nous seront que plus reconnaîssants! Je pense que ceux et celles qui ont abusé ou violenté un enfant ou même un autre être humain, seront punis dans la mort la plus tortueuse et éternelle. Je ne veux pas finir sur un discours simili-religieux, mais je penses sincèrement que même si l’on n’est pas croyant, dans ces cas-là, on s’en remet toujours à Dieu…

  5. À la réalité, le film de Paul Arcand n’est que la pointe de l’iceberg. En effet, je parle en connaissance de cause, puisque je suis un service d’aide bénévole pour les Enfants victimes d’exploitation et de mauvais traitements, et, comme vous vous en doutez assurément, nos principaux clients sont des victimes de cette fameuse DPJ justement.

    Pour nous, il n’est pas question de Voleurs d’enfance, mais de Voleurs d’Enfants.

    Jacques Richard, alias, pour la protection de nos agresseurs et kidnappeurs d’Enfants exploitants.

  6. L’État doit reconnaitre les préjudices qu’il a causé et indemnisé ses victimes.

    Des milliers d’enfants ont été maltraité et sont encore maltraité par le système de protection de l’enfance. ILs attendent des explications, des excuses, une indemnité et un changement radical du fonctionnement du système de la protection de l’enfance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s