Fin d’UpFing 2006

Petit bilan spontané de ma participation à la UpFing 2006 :

– J’aurais beaucoup aimé que plusieurs amis et collaborateurs Québécois et Français puissent participer à cette université de printemps.

– Je pense que mes ex-collègues d’OpossumiXmédiaZengo auraient beaucoup apprécié l’événement (Michaël particulièrement).

– Décidément, dans le champ de la réflexion d’avant-garde sur les usages des technologies dans une perspective de développement de réseaux sociaux, il n’y a que les « survivants du concret » qui ont des discours qui m’inspirent.

– Les témoignages les plus intéressants sont portés par des gens qui arrivent à communiquer à la fois leurs idéaux et à rendre compte simplement de leur engagement sur le terrain et des conclusions qu’ils en tirent. La prospective pure, les envolées théoriques et les nobles intentions m’ont laissées plus indifférent que jamais.

– Mes coup de coeurs sont pour, dans le désordre: Chris Messina et ses Bar Camp (des wiki live!), la puissante simplicité des interventions de Euan Semple, la découverte des travaux de Goffman (merci à Samuel Bordreuil), la découverte des travaux d’Olivier Auber sur la représentation de l’activité d’un wiki et la présentation franchement business de Julien Jacob sur ZDNET… sans oublier le site même de La Baune, où se déroulait UpFing. L’intervention virtuelle d’Howard Rheingold était aussi des plus intéressantes.

– Sur l’éducation en particulier, j’ai ressenti une grande résignation devant le constat que les institutions n’arrivent pas à comprendre (et encore moins à intégrer) les pratiques collaboratives qui apparaissent sur le Web.

– Le manuel scolaire a pris à quelques reprises sa part de baffes, quelques fois pour des raisons justifiables, parfois de façon injuste, le plus souvent sur la base d’une mauvaise compréhension du métier et du rôle de l’éditeur (à mon avis!).

– Je suis par ailleurs très heureux d’avoir pu valider, une fois de plus, bon nombre des conclusions que j’avais pu tirer de mes expériences antérieures.

– Autres moments forts de mon séjour, la rencontre de Christophe Ducamp et de Xavier Moisant (enfin!).

– Me reste plus qu’à rentrer à Paris et à accueillir le cousin demain matin!

4 commentaires

  1. Bonjour Clément,

    J’ai assisté entièrement à ton atelier de ce vendredi matin via la web conférence, et je te félicites. Par ailleurs, pour cela j’ai du me lever très tôt! Très intéressant de constaté la qualité des échanges lors du UPFING 06.

    J’ai aussi beaucoup apprécié la simplicité et le réalisme de Euan Semple et le côté affaire de Julien Jacob. La vidéoconférence de Francis Pisani de hier était très instructive et l’entrevue audio avec Rheingold d’aujourd’hui très claire!
    De mon côté, j’ai fais de très bons contacts en parallèle via Skype. Un événement réussi quoi!

  2. Ravi d’avoir fait ta connaissance, un peu encore sous le choc ce matin de cette effervescence, je serai ravi – avant une future rencontre avec Mario – de pouvoir discuter du « jardinage » de la page-wiki de l’atelier.

    J’aimerais notamment pouvoir retrouver quelques noms des participants et repartir quelque part en brain-storming sur les scénarios pour le futur proche.

    Bon week-end à toi et à bientôt.

  3. Regrettant de n’avoir pu être des votres à cette table ronde et à cette rencontre de la FING, je veux rassurer (un peu) sur la prise en compte des pratiques collaboratives dans le monde scolaire. Si les logiques institutionnelles y sont largement opposées, les logiques d’acteur (voire Goffman ou encore de Certeau) et de bricoleur font que l’on voit apparaitre des pratiques intéressantes dans certains établissements scolaires. Bien que ses pratiques soient timides, j’étais vendredi dans un établissement scolaire qui se lance depuis deux ans dans des pratiques de blog (au sein d’un ENT en développement) et qui se posait la question de ce qu’il pouvait « engager » raisonnablement. C’est là que les choses se compliquent. Le sentiment de responsabilité est tellement inscrit au coeur de l’identité des enseignants qu’il est en contradiction avec la philosophie collaborative qui émerge dans les pratiques ordinaires. Ce sentiment de « responsabilité » vient en équilibre avec celui de « prise de risque ». Je pense que c’est ce deuxième sentiment qui semble se perdre dans l’institution éducative. La critique est tellement forte sur le monde éducatif actuellement que l’on ne peut même plus « essayer ». Il faut désormais réussir immédiatement et rationnellement l’éducation scolaire et non pas tatonner, hésiter (cf le dernier billet de la cellule VST de l’INRP sur la recherche en éducation).
    Il y a un écart important qui continue de se creuser entre ces mondes, et le monde scolaire semble progressivement de plus en plus décallé par rapport à ces pratiques.

  4. Pour ma part, ravi de t’avoir rencontré ! Difficile de ne pas avoir pu assister à tous les ateliers : j’espère que le wiki s’enrichira de riches compte-rendus.

    Ce genre d’événement est quand même fantastique pour le moral et l’envie de créer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s