D’une folle journée à un quartier fou

Mon amie Michèle portait ce matin à mon attention le site Web de la Folle journée de Nantes en m’annonçant que « cela devrait faire écho à mes préoccupations sur la culture dans la ville et à l’école ». Elle avait bien raison. Extraits:

Événement populaire, La Folle Journée repose (…) sur des bases artistiques exigeantes, clefs de son succès retentissant. Sa plus grande satisfaction est de détrôner les préjugés sur la musique classique, sans briser les valeurs de celle-ci, offrir une proximité unique avec la musique et les musiciens (…) chaque représentation musicale n’excède pas 45 minutes (…)

La Folle Journée se propose ainsi de sortir le concert hors de son cadre conventionnel, en favorisant la formation d’un public nouveau – de jeunes bien sûr, mais de tous les âges – par le bouleversement du rituel immuable et un peu compassé du concert traditionnel. Dans un laps de temps limité, le spectateur navigue entre les différentes salles, chaque lieu ayant une acoustique parfaitement adaptée à chacun des effets musicaux. La profusion des concerts permettant à l’auditeur de renouveler à loisir son « expérience musicale ».

C’est amusant que Michèle m’ait écrit à ce sujet aujourd’hui — alors qu’elle ne savait pas que j’allais justement à un Concert famille de l’Orchestre symphonique de Québec. Pendant que c’était fou à Nantes, c’était le bazar symphonique à Québec!

Le concert était animé par des comédiens aussi intelligents que déjantés, avec la complicité d’un Maestro Moisan en grande forme. Là encore: courte pièces, mises en scène, explications: tout pour faire apprécier aux enfants la musique classique et son omniprésence discrète dans leur vie— jusque dans les films et les jeux vidéos. L’interprétation par l’orchestre de la trame sonore de Super Mario Bros a surpris plus d’un enfant. C’était aussi magique de voir les musiciens dirigés par Darth Vader pour la pièce finale, composée par John Williams pour Star Wars!

osq_200902011

Avant d’entrer dans la salle de concert, les enfants avaient pu essayer, pendant près d’une heure, à peu près tous les instruments de l’orchestre — et rencontrer les musiciens. Ils sont repartis enchantés. Les parents aussi!

« Détrôner les préjugés sur la musique classique », « offrir une proximité unique avec la musique et les musiciens », « sortir le concert de son cadre conventionnel », etc.: Nantes et Québec avaient décidément beaucoup en commun aujourd’hui!

* * *

Après avoir déneigé le toit de la maison (ouf!) et avoir préparé la journée de travail de demain, je viens de m’accorder une petite demi-heure pour lire et écrire quelques idées en rapport avec la tenue prochaine de Québec Horizon Culture.

En relisant que le maire Labeaume souhaitait faire de Saint-Roch « le quartier le plus fou au pays » — je me dis que cette Folle journée pourrait très bien faire partie de nos prochaines sources d’inspiration…

Un commentaire

  1. Clément,

    drôle de hasard, j’ai suivi la folle journée de Nantes grâce à France Musique sur internet (connecté à ma chaîne stereo).

    La participation d’une radio nationale pour relayer une telle aventure à tout un pays est un outil fabuleux! Je suis toujours un peu peiné que sur cette question (et sur la place de la musique classique) espace musique semble aller en sens contraire.

    Je me connecte aujourd’hui au monde classique grâce à France Musique et à la BBC3, ne trouvant plus chez moi, de radio me procurant ce lien… Ça m’aura au moins valu de connaître la folle journée de Nantes.

    p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s