L’art d’être au bon endroit au bon moment ?

Ce sera une grande journée demain pour François Legault et ses partisans avec la naissance officielle de leur parti politique. Il faut les féliciter pour cela — notamment parce que cela témoigne d’un certain dynamisme de notre démocratie.

Dans ce contexte, les journaux de la fin de semaine n’ont évidemment pas manqué l’occasion de présenter l’homme et sa démarche, entreprise il y a déjà plusieurs années — presque aussitôt qu’il a quitté le Parti québécois, apprend-on.

Le Soleil nous a présenté samedi un portrait particulièrement favorable de François Legault, dans le cadre duquel le politologue Jean-Herman Guay résume d’une formule particulièrement efficace ce qui est en train de se produire pour la Coalition pour l’avenir du Québec: « la politique, c’est l’art d’être au bon endroit au bon moment ».

C’est une formule efficace, certes, mais qui me plonge dans un profond cynisme. Je cultive une conception plus utopique de la politique — une vision qui s’appuie davantage sur les valeurs et les idées que sur l’art du timing. Bien sûr, l’un et l’autre ne sont pas complètement contradictoires — mais dans le cas présent, le timing semble prendre clairement le dessus sur le reste.

Pour moi, on devrait définir d’abord et avant tout la politique comme la capacité de renouveler la manière d’aborder les principaux enjeux auxquels la société est confrontée.

Dans cette perspective, le leadership politique que je valorise consiste à savoir présenter les enjeux déterminants pour l’avenir de la société de façon différente — pour désamorcer les oppositions traditionnelles, éviter la polarisation des opinions et créer un contexte favorable à l’émergence d’idées nouvelles.

C’est dans cet esprit que je suis intervenu dans les derniers jours sur le blogue de Mario Asselin, en rapport avec la question de la hausse annoncée des frais de scolarité — voir les commentaires #7 et #10 au bas de ce texte.

C’est aussi dans cet esprit que j’essaie d’agir, au jour le jour, pour contribuer à donner forme au nouvel écosystème économique et culturel qui émerge autour du livre numérique — un défi à la fois complexe et exigeant, mais aussi incroyablement stimulant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s