Galons

C’était un matin d’hiver, au départ de Québec.

Je lisais. Le Devoir, proablement.

J’ai levé les yeux peu après le décollage. Page A6, juste après l’éditorial.

Merde! 

Quatre galons dorés sur l’épaule devant moi. C’est le commandant.

Devant moi. Au fond de l’appareil.

J’ai pensé en informer la chef de cabine — un galon, argent, sur la manche.

Je n’ai pas osé. Pas voulu l’inquiéter.

Tout s’est bien passé.

On s’est posé sans encombre à Montréal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s