Gratin

Un des plaisirs de l’été c’est de prendre du temps avec des amis. De jaser jusqu’à tard le soir. Et quand il fait trop froid (ou qu’il y a trop de moustiques), de poursuivre à l’intérieur encore une heure ou deux.

Pour se raconter toutes sortes de choses. Pour parler, de tout et de rien. Pour s’obstiner. Pour rire. Pour apprécier l’émerveillement dans le regard des enfants qui n’en reviennent pas de voir leurs parents faire d’invraisemblables contorsions intellectuelles dans le simple but d’avoir raison… sur un sujet dont ils ont très bien compris toute la futilité.

Pour débattre longuement de ce qui permet à un gratin dauphinois d’en porter le nom, par exemple.

Pour débattre de la place du fromage et de la crème dans un gratin — et de celles des oignons. Vous y mettez du vin, vous dans votre gratin dauphinois? Et quel type de pomme de terre utilisez-vous? Quelles nuances, quelles interprétations, de la recette peuvent être acceptées d’un cuisinier québécois? et d’un cuisinier français? qu’il soit du Dauphiné ou de Normandie?

Célébrer l’amitié, le langage et les idées en ouvrant frénétiquement des livres de recettes et des dictionnaires — et pourquoi pas en faisant appel à Ricardo, à la Di Stasio et à tous les cuisiniers d’Internet — même aux petites heures du matin: c’est aussi ça les vacances.

C’est peut-être même surtout ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s