Intelligence artificielle

IMG_6862.jpg

Je me réjouis de voir que Montréal est en train de devenir un des pôles mondiaux importants dans le développement de l’intelligence artificielle. Il faut continuer dans cette voie, avec vigueur. Ne pas avoir peur d’investir.

Je suis toutefois frappé par la différence entre le discours de Philippe Couillard et de Dominique Anglade, au Québec, et celui d’Axelle Lemaire, en France.

Le premier donne l’impression que l’intelligence artificielle est pure technologie et que l’intérêt de la voir se développer à Montréal est essentiellement économique.

Le second met en évidence la dimension sociale et politique de l’intelligence artificielle, et l’intérêt de participer à son développement pour y intégrer les valeurs essentielles de la France.

Exemple:

De Davos, Philippe Couillard a salué dans ces mots l’investissement de Microsoft dans Maluuba, un fleuron de l’intelligence artificielle à Montréal — dont la multinationale a récemment fait l’acquisition (une version française du site Web ne serait d’ailleurs pas un luxe).

«Grâce au dynamisme et à la capacité d’innover d’entreprises visionnaires comme Maluuba et au savoir-faire de chercheurs reconnus mondialement tels que M. Bengio, le Québec peut se distinguer dans le secteur de l’intelligence artificielle. Ce domaine d’avenir contribue à propulser notre société vers l’économie numérique. » (source)

Presque au même moment, la secrétaire d’État au numérique et à l’innovation de France expliquait dans ces termes pourquoi elle lançait maintenant une stratégie nationale sur l’intelligence artificielle, à trois mois des élections présidentielles:

«…l’enjeu est de savoir qui va définir les normes et les standards en matière d’intelligence artificielle : est-ce que l’on veut que ce soient d’autres pays ou d’autres industries qui le fassent ? (…) La France a tout intérêt à se saisir de ces questions et à se créer un arsenal de réponses pour défendre une vision de l’intelligence artificielle qui corresponde à nos valeurs, qu’il s’agisse d’égalité, de lutte contre les discriminations, de partage, de solidarité ou d’essor économique par l’innovation.» (source)

***

L’intelligence artificielle est en train de transformer en profondeur le fonctionnement de notre société. Je pense qu’il y a lieu d’être enthousiaste et d’y voir quelque chose de positif. Mais il ne faut pas être candide.

L’intelligence artificielle intégrera les valeurs de ceux qui l’inventent aujourd’hui. Autant le savoir, l’expliquer et reconnaître que c’est aussi un enjeu démocratique.

J’aimerais que cela soit un peu plus présent dans le discours des femmes et des hommes politiques du Québec.

***

Et, d’ailleurs, si le sujet vous intéresse, j’attire votre attention sur la prochaine édition de Décoder le monde, au Musée de la civilisation, qui se tiendra sur le thème des robots et de l’Intelligence artificielle, du 30 mars au 2 avril prochain.

«Tous les domaines de la vie humaine sont concernés : les loisirs, le travail, la santé, l’économie, la politique et même les rapports à notre propre corps avec les greffes d’éléments biotechnologiques et le corps augmenté.

L’événement Décoder le monde propose aux citoyens et aux familles des ateliers, des démonstrations, des spectacles et des rencontres avec des penseurs, des artistes et des spécialistes de la recherche scientifique québécoise.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s