Semaine inspirante

Quelques notes en vrac sur les derniers jours:

Les retombées du scandale Facebook/Cambridge-Analytica continuent à se déployer… jusqu’au Québec — avec des questions précises maintenant adressées à nos partis politiques. Je me réjouis de constater que le sujet ne semble pas vouloir être trop facilement remplacé par autre chose dans l’actualité (il a même survécu au budget!). La question est fondamentale: c’est de notre démocratie qu’il s’agit.

Cela dit, il faudra du temps pour démêler toutes les ramifications de l’affaire… et jusque dans les médias — qui devraient éviter de trop se poser en gardien de la vertu. Ce tweet de Dan Backer l’illustre remarquablement bien. Ce texte d’Infopresse aussi…

Il ne faut pas perdre de vue que l’essentiel derrière tout ça, c’est la littératie numérique de tout le monde: il est urgent de mieux comprendre les rouages du monde numérique dans lequel on se trouve: l’utilisation croissante des renseignements personnels dans toutes sortes de domaines, la place des algorithmes dans un grand nombre de processus décisionnels (jusque dans l’administration des services publics), le rôle croissant de l’intelligence artificielle, etc.

Je crois qu’on ne pourra bientôt plus prétendre pouvoir diriger un pays sans disposer de bonne compréhension de tout cela (si c’est même encore possible).

Aussi…

J’ai fait plusieurs rencontres vraiment très stimulantes cette semaine: le milieu de la culture est un monde vraiment merveilleux. Des gens que je ne connaissais pas avant cette semaine, des gens que je n’avais pas vu depuis longtemps, des gens que j’admire depuis longtemps et qui sollicitent maintenant mes conseils — je ne m’y fais pas, mais je le savoure pleinement.

Parmi ces rencontres — de groupe, celle-là — il y a eu Marc Séguin, qui était hier au MNBAQ pour une rare projection de son film Stealing Alice (bande annonce). L’échange avec l’auditoire après la présentation était très riche.

J’en retiens surtout sa conviction que toutes celles et ceux qui ont accepté de s’embarquer dans ce projet un peu fou l’ont fait pour prendre part à un projet hors-normes (au sens littéral), qui s’inventait au fur et à mesure, en réaction aux événements et en tirant profit de la contribution de chacun. Un projet dans lequel l’imprévisible joue un rôle central et que seule la confiance dans le projet (et son leader) permettait d’accepter. Les anecdotes de tournage sont incroyables, presque invraisemblables! Et ça marche! (et avec Fanny Mallette comme personnage principal, que demander de plus?!)

Ça m’a fait réaliser que les projets les plus mémorables auxquels j’ai pris part (et dont j’ai parfois été l’initiateur) avaient aussi cette dimension très artistique.

À retenir pour la suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s