Imprévu

Photo prise le 5 août au Centre d’art de Kamouraska.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Les mains de Capucine posées sur une édition originale de la Flore laurentienne, du Frère Marie-Victorin — un de mes héros — sous le soleil de Kamouraska: comment résister à prendre une photo?

C’est elle qui a vu le livre en premier au deuxième étage du Centre d’art. Il accompagnait les très belles oeuvres de Virginie Chrétien.

C’était un jour d’escapade imprévue. On s’est regardé après le déjeuner et on s’est dit: «go on va passer la journée à Kamouraska avec ceux qui ont le goût».

On a vu beaucoup de belles choses, très bien mangé et on a fini ça les pieds dans le sable au bout du vieux quai pour contempler le coucher du soleil.

Réapprendre à pouvoir faire de place à l’imprévu dans notre horaire, je trouve que c’est un autre plaisir de voir nos enfants devenir autonomes.


Extraits de mon journal du 5 août:

«Au réveil j’ai plongé dans l’écriture: mon projet avance bien! Il ne reste plus que quelques section à rédiger et une dernière relecture pour améliorer encore un peu. (…) Nous sommes ensuite partis à l’improviste pour Kamouraska. Départ par la 20, retour par la 132. Un bien bel après-midi. (…) Dodo vers minuit, avec le sourire.»

6 comments

  1. À Hâvre-Saint-Pierre (avec l’accent: Hâvgue-Saint-Piègue!), quand il livrait encore sa conférence hebdomadaire, feu le poète Roland Jomphe racontait qu’il avait, enfant, trouvé une fleur précise à la demande du Frère Marie-Victorin, de passage en Minganie pour ses travaux. À la mort du Frère, monsieur («car il faut dire monsieur!») Jomphe a reçu par la poste, préservé, son spécimen de jadis. C’est une anecdote qui m’a toujours beaucou plu.

  2. @Helene: wow! Quelle histoire? Tu as une référence pour ça? Et on a une idée de qui/comment/dans quel contexte ce spécimen lui a été retourné (Marie-Victorin étant décédé subitement — il n’a vraisemblablement pas pu planifier ça…).

  3. Bon, je tirais ça de ma mémoire, car j’ai eu le privilège d’assister à sa conférence deux fois, mais là que tu me demandes… faudra que je feuillette mon livre «Confidences» des îles (guillemets de monsieur Jomphe), qui est, si je me souviens bien, assez fidèle à sa généreuse causerie hebdomadaire (c’était le mardi soir, si je me souviens bien. Roland Jomphe est d’ailleurs un poète trop peu connu: c’était un grand homme, aussi, qui donnait voix à la Minganie.) Je te reviens quand j’aurai trouvé!

  4. Ah! Finalement j’ai le début de mon histoire dans Amour et souvenance Au coeur de Minganie — je t’envoie une image par courriel. La suite, je cherche encore une référence.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s