Réflexion sur le conseil national

14h00 — le conseil national vient de se terminer. Quelques notes spontanées pour conserver l’esprit du moment… et le partager avec les personnes qui ne sont pas à Trois-Rivières et qui m’ont dit pendant la fin de semaine qu’ils appréciaient que je le fasse.

Première chose : je suis ravi d’avoir été ici pour assister (j’étais observateur) à ce point tournant dans l’histoire du Parti Québécois. On s’engage maintenant (enfin) courageusement dans la voie d’un renouvellement en profondeur.

Deuxième chose: je tiens à lever mon chapeau aux jeunes, et à leur présidente, pour leur leadership tout au long du conseil national. C’est à eux qu’on doit le succès de la fin de semaine. C’est de très bon augure pour la suite et pour le congrès. Toutes leurs propositions n’ont pas été adoptées, mais l’essentiel y est, et on ne peut pas toujours tout gagner — ça fait partie de la game, comme on dit.

Troisième chose: j’avais formulé un souhait ce matin et je peux dire qu’il a été amplement exaucé. Sylvain Gaudreault et Véronique Hivon ont clairement appuyé les demandes des jeunes et exprimé l’importance d’adopter une nouvelle attitude. Harold Lebel est aussi très habilement intervenu, dans le même sens, à un moment délicat des échanges. Et Pascal Bérubé a lui aussi montré qu’il a entendu les messages les plus importants de la fin de semaine.

Quatrième chose: la couverture des médias… Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant la une de La Presse à 14h: «Les jeunes péquistes essuient une rebuffade». Et le choix de la photo (un jeune qui avance dans la pénombre tête baissée) ajoute au pathos. Ça ne rend pas du tout compte de ce qui a été vécu dans la salle.

MAIS, MAIS, une fois qu’on a dit ça, et même si c’est très tentant, il ne faut pas se remettre dans un état d’esprit de victime des médias. Ça nous replongerait dans la bouette dont on a enfin commencé à se sortir en fin de semaine.

À partir de maintenant, on (re)prend le contrôle du destin de ce parti.

La seule chose qui compte c’est de redonner envie aux gens de s’intéresser à nous, et ce n’est pas en chiâlant contre les médias qu’on va y arriver.

Si on aime pas l’image que les médias donnent de nous, alors communiquons nous même, plus et mieux, et de façon plus ingénieuse. Réinvestissons les blogues, utilisons les podcasts, développons nos idées là où elles trouveront des terrains fertiles.

Crédit photo: Denis Martel, les Engagés publics.

4 comments

  1. Super! J’étais persuadée que l’intelligence était pour gagner!

  2. Bravo, je salue votre succès, le bon sens de votre discours et de votre attitude à l’égard des médias. Très bonne continuation!

  3. Je n’étais pas à Trois-Rivières. J’ai lu les commentaires des journaux. Les commentaires de la presse sont très négatifs, c’est vrai! L’article du JDM de lundi me semble un bon résumé du weekend, informant que les jeunes ont gagné leurs parts de recommandations. Similaire aux commentaires lus ci-haut. Donc rendez-vous à l’automne….mais y a tant de choses à faire d’ici là!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s