D’une Hillary à l’autre

80325D77-26F1-4247-9E77-4E565EEF3F60

Au cours des derniers jours Ana et moi avons regardé la mini-série Hillary.

J’en ai appris beaucoup sur la jeunesse d’Hillary Rodham Clinton, sur ses premiers engagements et sur ce qui l’a progressivement amenée dans l’univers de la politique partisane avec le Parti Démocrate.

La série est très bien faite. Et il n’y a aucun doute: Hillary Rodham Clinton est une femme exceptionnelle. Son parcours est vraiment fascinant. Et le résultat de tout ce parcours est terriblement frustrant. Heureusement, l’ensemble reste inspirant.

À plusieurs moments sans la série, le jugement qui est posé sur Hillary, la femme politique, m’a fait penser à celui que j’ai entendu — trop souvent — au sujet de Pauline Marois en campagne électorale. Un insupportable double standard, qui va devoir cesser si on veut contribuer à progresser comme société.

J’ai d’ailleurs très hâte de lire la biographie de Pauline Marois. Le livre devait être publié ce printemps, mais le lancement a été reporté à l’automne, conséquence de la pandémie.

Et pour revenir sur Hillary, je découvre ce soir dans le New Yorker qu’une biographique fictive à son sujet sera publiée cette semaine. L’histoire a pour titre Rodham et décrit un monde où Hillary se serait séparé de Bill Clinton après ses études en droit au lieu de le marier. Elle poursuit ainsi un parcours bien différent jusqu’à sa candidature à l’élection présidentielle de 2016.

Je pense qu’on peut dire que c’est une uchronie — un mot que j’ai appris en fin de semaine dans une série de textes du Journal de Québec sur les 40 ans du référendum de 1980.

Revisiter le passé. S’amuser à réécrire l’histoire. Faire l’exercice d’imaginer un avenir différent — plus stimulant.

Je pense que c’est aussi un peu pour ça aussi qu’on célèbre la Journée nationale des Patriotes. C’est ce sens-là que je vais lui donner en tous cas —  cette année aussi.

On en a bien besoin par les temps qui courent!

2 commentaires

  1. Une autre uchronie: Et si le Québec avait dit oui, de Normand Cazelais, aux éditions Fidès. Un peu décevant, par contre, puisque c’est avant tout du repiquage de textes déjà publiés.

  2. J’ai été captivée par cette série documentaire et, à ma grande surprise, je me suis retrouvée très émue à la fin. Je ne m’attendais pas à verser des larmes en regardant un documentaire sur la politique américaine! Mais bon, je dis politique américaine mais ça va bien au-delà de ça : le traitement des femmes en politique, la manipulation et la polarisation des opinions, les vains efforts de certains pour changer les choses (efforts qui restent souvent peu reconnus). Soupir… Ça reste un documentaire très favorable envers son sujet, mais la critique envers Rodham Clinton s’était déjà bien assez fait entendre!

    Je suis curieuse de lire ce roman « Rodham », même si les critiques ne sont pas particulièrement favorables. J’ai lu un recueil de nouvelles de la même autrice que j’ai beaucoup aimé (You think it, I’ll say it). J’ai cependant moins aimé un roman d’elle que je n’ai pas terminé (Sisterland).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s