2- Pluie

Je suis parti un peu avant 6h. sous une petite pluie, avec Grignotines de luxe, de Fouki dans les oreilles. Parce qu’on est moins mouillé quand on n’entend pas la pluie tomber.

Comme tous les autres matins, j’ai tourné à droite pour emprunter la rue du Jardin, et encore à droite, pour la rue des Écureuils. La dame lisait son journal, mais cette fois trois jeunes adultes s’affairaient aussi autour de la table de cuisine. Je pense que c’étaient trois filles. Pas vu le père — paresseux ou absent? 

Un peu plus loin, juste peu après le chemin Sainte-Foy, la porte éclairée de la maison de l’aiguiseur de patin m’a rappelé bien des souvenirs. Le monsieur exerçait son métier chez lui, dans cette belle petite maison verte et blanche. C’était il y a quarante ans. Je me demande s’il y vit encore. 

Plus bas, sur la gauche, il y a une maison abandonnée. Ça ne saute pas aux yeux, mais quand on observe bien, c’est pourtant évident. Aucune lumière, aucune trace de vie, pas de boîte aux lettres, pas de numéro pour indiquer l’adresse. Pour le facteur, elle est déjà disparue. Ce serait effrayant d’y percevoir un éclairage cathodique — je pense que j’appellerais le 911.

Sur la petite rue qui serpente entre l’église et l’école, j’ai croisé un homme avec un petit chien noir au bout d’une très longue laisse. Je l’avais observé de loin hier, mais aujourd’hui il m’a salué. Le chien, pas le monsieur. À cette heure, les chiens sont plus volubiles que les humains. Salut Loumi!

J’ai fait une autre rencontre sur la rue de Tilly. Un vieil homme qui installait un Père Noël soufflé devant sa maison… à 6h15 le matin… sous la pluie! On s’est salué discrètement, mais je l’ai senti mal à l’aise. Comme si je l’avais pris en flagrant délit de quelque chose. Mais de quoi? Je devrai être attentif.

À ce moment, je me suis dit que ma promenade avait été particulièrement riche, mais le plus étonnant restait à venir!

Dans la vitrine faiblement illuminée de la clinique de physiothérapie, un vélo stationnaire, un gros ballon d’exercice et un panier de petits haltères disposés au sol formaient une imprévisible crèche.

Remarquez, c’est peut-être moi qui imagine des choses…

2 réflexions sur “2- Pluie

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s