20- Synchorisation

J’ai pensé appeler ce texte oeufs et bacon, parce que cette odeur m’a titillé les narines (avec plaisir!) à deux reprises pendant ma promenade matinale. 

Mais un mot est venu voler le show: synchorisation.

Définition: « la synchorisation désigne le processus par lequel les relations spatiales sont reconfigurées en fonction des transactions informationnelles. » (source)

En gros, la synchorisation est à l’espace, ce que la synchronisation est au temps. C’est Michel Lussault, professeur à l’École supérieure de Lyon qui l’a dit dans la balado que j’écoutais ce matin.

Ça m’a frappé parce qu’au fond, quand on y pense, c’est un peu ce que j’ai fait depuis le 1er décembre: faire se rencontrer dans un lieu — un parcours, puis un blogue — des personnes, des actions, des histoires, qui auraient autrement existées dans l’ignorance les unes des autres. Je leur ai inventé un espace commun. 

Ce qui signifie qu’on ne s’est pas seulement beaucoup amusé… nous avons vécu ensemble une expérience de synchorisation! Ça fait beaucoup plus sérieux tout à coup.

Mais bon, trêve de théorisation, il y a beaucoup plus important! 

Fort de mon expérience d’hier matin, où j’ai osé interrompre (brièvement) mon parcours pour retrouver le sens de ma marche, ce matin j’ai trouvé le courage de sortir carrément du parcours (sur une cinquantaine de mètres) pour aller voir devant l’école primaire, où quelque chose a attiré mon attention.

En m’approchant, j’ai d’abord vu deux très beaux personnages fabriqués de retailles de tissus installés sur les côtés de l’escalier. Sympa! Puis, une série de très beaux bonshommes de neige devant les fenêtres des classes. Et finalement des lumières de Noël, débranchées, installées sur la rampe de l’escalier. Et des traces de pas, partout partout partout autour.

Je pense qu’il y a eu là un spectacle pour souligner le retour des enfants à la maison pour la pause des Fêtes — qui sera prolongée cette année à cause de la pandémie. J’imagine la scène: les enfants qui courent, les parents à deux mètres les uns des autres, dans le froid, mais souriants, fiers d’être passé à travers… Bravo aux enseignants et à tout le personnel de l’école… et merci pour votre travail exceptionnel avec les enfants cet automne!

***

Après avoir repris ma route, j’ai pu voir un marcheur s’arrêter quelques instants pour se recueillir devant la statue de la Vierge Marie, à côté de l’église.

Son chien en a profité pour faire un petit pipi, pas discrètement du tout, au pied du buisson situé juste à côté.

Je me suis demandé lequel des deux était reparti le plus soulagé.

P.S. Si rien ne vient troubler mon programme, je devrais fabriquer cet après-midi les cartes de Noël que j’espère pouvoir distribuer dès demain à quelques endroits sur mon parcours. À suivre…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s