Il était un petit navire

J’ai eu la chance de pouvoir passer de nombreuses heures à observer le fleuve au cours de l’été.

J’ai été particulièrement fasciné par le passage des bateaux.

J’ai découvert tout un monde dont je ne soupçonnais pas la richesse… même si j’ai presque toujours vécu à Québec — une grande ville portuaire!

J’y trouve constamment de quoi m’émerveiller.

Chaque bateau qui passe m’apprend quelque chose — au point où je ne vois déjà plus le Québec de la même façon.

J’ai d’abord pensé ramasser mes observations pour en faire un petit livre — mais je suis trop pressé de partager mon émerveillement, mes découvertes et certaines des questions et des réflexions que suscite ma nouvelle passion.

Alors sur mon blogue ce sera!

***

C’est ici pour la liste des textes de la catégories Sur le fleuve…

Et pour les textes qui abordent particulièrement le sujet de l’aluminium, suscité par le passage du Nord Québec, c’est ici…

Une réflexion sur “Il était un petit navire

  1. Rappelons que, si on avait laissé la nature suivre son cours, aucun bateau de taille conséquente ne pourrait dépasser Québec. Le fleuve est naturellement trop peu profond. Le lac Saint-Pierre, par exemple, a été tellement dragué en son centre que qu’il est devenu un mur d’eau à grand débit séparant deux étendues d’eau quasiment stagnante…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s