Québec carrefour international

Événement politique innovateur à Québec aujourd’hui.

En effet, à l’occasion d’un colloque d’une journée organisé dans le but de promouvoir « des projets incontournables pour l’avenir de la ville de Québec » le Bloc québécois invite quelques blogueurs à rendre compte de l’événement sur le Web dans le but de permettre à un plus grand nombre de personnes d’y prendre part et à favoriser la poursuite des discussions au terme de la journée. C’est ici que ça se passe: Québec, carrefour international.

Je lève mon chapeau au Bloc québécois pour avoir pris cette initiative audacieuse… d’autant plus que j’ai toutes les raisons de croire qu’il l’a fait avec la bonne attitude, en assumant les risques que cela comporte et en misant sur l’intelligence des citoyens et des internautes.

Je connais bien les blogueurs invités, pour lesquels j’ai le plus grand respect sachant qu’ils n’ont jamais fait preuve de complaisance dans leurs écrits sur le Web. Si les recherchistes du Bloc ont bien fait leur travail, ils savent très bien que ce ne sont pas des gens dont les opinions politiques leurs sont acquises — loin de là. Et c’est bien la raison pour laquelle je pense que l’expérience sera intéressante.

Je lève aussi mon chapeau aux six personnes qui ont accepté de consacrer leur dimanche à une expérience comme celle-ci parce qu’ils apporteront une importante contribution dans le sens de la réinvention des lieux où les débats — qui sont au coeur de la démocratie — peuvent prendre forme à l’ère des réseaux.

Merci Mario, merci Michael, merci François, merci Audrey et François, merci Francis. Et merci à tous ceux qui commenteront leurs écrits au fil des heures.

Et à défaut d’être présent physiquement, je serai de coeur et d’esprit avec vous.

4 commentaires

  1. J’ai quelques réserves face à ce type d’expérience.

    Je crois fermement que les nouveaux espaces de débat et de réflexion que sont les blogues (et leur éventuels évolutions) peuvent enrichir la vie démocratique et la participation des citoyens à la « chose publique ».

    Par contre, je ne crois pas que la participation de blogueurs à ces activités politiques sous la forme « d’accréditation » ou « d’invitation » soit une avenue. Les risques de conflits d’intérêt et de « mises sous influence » sont trop grands.

    Néanmoins, tout expérience est bonne à tenter. Et tant mieux si celle-ci fut intéressante.

  2. Je vais peut-être surprendre Clément en disant que j’entretiens les mêmes réserves que vous M. William. Dans «l’expérience» que nous avons tentée, j’ai beaucoup insisté auprès des gens du Bloc pour qu’ils ne se mêlent pas du choix des blogueurs et ils m’ont donné «carte blanche» cette fois. Les blogueurs qui ont participé se sont aussi donné la peine de publier sur leur blogue une «mise au point» sur leurs allégeances politiques, histoire de bien afficher leur position de départ, histoire de préciser leur ligne éditoriale. Ça peut aider à garantir une forme de «transparence»…

    Ceci étant dit, l’avenir nous dira si les accréditations seront une bonne chose. Il pourrait y avoir d’autres formules de couverture par les blogues qui conserveront une forme de «protection» pour les organisateurs d’événements de ce genre, mais j’ai peine à croire que n’importe qui n’importe quand pourra jouer ce rôle.

    On pourrait le souhaiter, mais à ce stade-ci de la pratique carnetière, les politiques et les journalistes pourraient se braquer devant une invasion en quantité de gens à qui ils donneraient un accès total aux intervenants et aux facilités que procurent l’accréditation. Imaginez que sous l’étiquette de «blogueur» une personne mal intentionnée compromette la sécurité des gens? Ou encore, qu’une personne ne voulant que discréditer un politicien en particulier (ou un journaliste) «profite» de son statut pour agir avec méchanceté envers une option ou une personne?

    Les risques de confits d’intérêt ou de manipulation sont là, je vous l’accorde. Accréditer des blogueurs d’expérience, ayant une ligne éditoriale connue me semble un bon compromis, à court terme, il me semble…

    Ce sera tentant pour le personnel politique de vouloir contrôler «le message» par les mécanismes d’accréditations des blogueurs. J’imagine que cette préoccupation est omniprésente dans cette fonction, dans ce contexte. En même temps, les premiers qui se feront «prendre» vont altérer les avantages de pouvoir compter sur des gens intéressés d’une façon particulière par le contenu des événements et pouvant initier des conversations par le Web.

    Dans le cas de ce que nous avons vécu la fin de semaine dernière, nous avons tous été étonnés de la grande ouverture du personnel politique du Bloc parce qu’en aucun temps, ils ont voulu essayer d’influencer nos billets. En tout cas, pas moins qu’ils ne l’ont fait avec les «vrais journalistes»; chapeau à eux!

    J’ai bien hâte de voir comment évoluera ce phénomène…

  3. Je ne fais pas œuvre de cynisme en croyant que les partis politiques sont devenus, avec les années, de grands spécialistes de la mise en scène (ou mise en marché) « d’opinions publiques ». Je ne suis que lucide. Les médias traditionnels sont l’objet d’une attention tenace de leur part; le personnel politique et les stratèges tentent de tout contrôler.

    Face à eux, les bloggeurs ne font pas le poids; pas plus que beaucoup de journalistes, d’ailleurs. Bien sûr, des « blogueurs d’expérience » pourraient y tirer leur épingle du jeu, comme le font les journalistes d’expérience ; mais là, cela ne relève plus de ce qui serait spécifique aux blogues mais de professionnalisme.

    Je ne crois donc pas que l’apport des blogues dans la vie politique soit en reproduisant le même type d’intervention que les médias ou en tentant d’avoir un rôle similaire. C’est ailleurs et autrement que les carnets trouveront leur place et leur rôle. Notamment, en faisant « s’éclater » les lieux traditionnels de prise de parole et d’échange.

    On aura d’autres occasions d’en reparler, j’en suis certain… :-)

  4. Yves, Mario,

    Vous ne me surprenez pas du tout. Je partage d’ailleurs une bonne partie de vos réserves.

    Comme Yves, je ne crois pas que ce soit dans le mimétisme des blogueurs que se trouve l’intérêt de ce genre de démarche. Ce n’est pas en se faisant journalistes (accrédités ou non) que les blogueurs pourront faire oeuvre la plus utile au plan démocratique.

    Je crois toutefois que la période de transistion dans laquelle nous nous trouvons, tous les moyens de « faire s’éclater les lieux traditionnels de prise de parole et d’échange » sont valables et c’est dans cette perspective que j’a trouvé intéressante l’expérience de Québec Carrefour International. En illustrant qu’il est possible d’ouvrir un peu plus largement ce genre d’événements, de permettre les commentaires de gens plus variés, d’en laisser une autre sorte de traces, je pense qu’on contribue effectivement à renouveller le genre.

    Cela dit, de façon plus générale, tout ce qui redonne de l’importance aux périodes entre les élections, et qui valorise la prise de parole « non électoraliste » me semble devoir être particulièrement encouragé.

    Merci pour vos opinions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s