La liste edu-ressources est malade!

La liste edu-ressources est en convalescence. Très mal en point. Parmi les plus anciennes encore actives au Québec, cette listes de discussion a évidemment vu son propos évoluer au fil des ans. Normal: à sa naissance on ne connaissait presque rien d’Internet, alors que maintenant elle réuni novices et experts patentés, pionniers et simples observateurs — du Québec et d’ailleurs. C’est une grande liste.

On devrait donc se réjouir, célébrer le fait que nous avons enfin un espace pour discuter sérieusement de sujets complexes liés aux technologies, entre pédagogues et avec une audience importante (combien d’abonnés?), dans une perspective d’ouverture et d’échange de points de vue. Au lieu de cela, on évacue les sujets chauds. On les déporte, vers des listes moins populeuses, moins en vue. Par peur de « perdre le contrôle »? Par crainte que les « opposants à la réforme » n’obtiennent trop de visibilité « grâce à un outil gouvernemental »? ou quoi d’autre encore? D’ailleurs, quelque soit la raison, ça me chagrine. Pire: ça me choque. Je pense que nous sommes devant une situation où « le mieux est l’ennemi du bien ». S’il fallait agir pour contrôler la liste (ce qui reste à voir) ce n’était pas, à mon avis, de la façon dont on tente de le faire depuis une semaine.

J’avais néanmoins choisi de ne rien dire, la semaine dernière, quand la décision a été prise de fermer la liste aux débats pour la limiter au partage de bonnes adresses où trouver des ressources éducatives numériques. Après-tout, qui suis-je pour juger de la manière dont le ministère de l’éducation gère ses espaces de discussion?

Mais aujourd’hui je ne peux plus me taire. La situation m’apparaît trop ridicule.

Réagissant à un message publié plus tôt aujourd’hui dans la liste en rapport avec l’impact des TIC sur l’enseignement et l’apprentissage, il semble que j’ai enfreint les règles — qu’il m’aurait fallu faire preuve d’une plus grande modération. Il aurait en d’autres termes été préférable que je retienne mon commentaire pour plutôt aller le porter dans une liste à laquelle je n’étais pas abonné… Voilà qui est bien en théorie et confortable pour ceux qui tiennent absolument à encadrer les débats par crainte que les bavards n’accaparent l’espace… mais en pratique, n’est-ce pas un peu la mort de la liste que l’on signe? Parce que dans ces conditions, tous les sujets qui relient les gens, qui invitent à l’échange, qui provoquent la discussion, seront forcément sacrifiés…

Bien sûr, j’aurais aussi pu publier mon commentaire sur mon blogue. Mais pourquoi? Mon blogue c’est mon espace de réflexion, ce n’est pas un espace particulièrement bien conçu pour des discussions avec de grands nombres d’intervenants… Alors que dans mon esprit, c’était précisément la raison d’être d’une liste de discussion. Pas la bonne liste, me direz-vous? Peut-être… Alors pourquoi m’entêter? Eh bien parce que, merde, il y a là sur cette liste une foule de gens qui se sont rassemblés depuis plusieurs années et que remettre en place un espace public de ce type relève encore trop souvent du tour de force!

Qu’on ait voulu rediriger vers d’autres espaces les gens qui ne parlaient pas du tout de technologies (et notamment de tout dans la réforme sauf de l’usage des TIC) est une chose (j’oserai même m’en réjouir), mais qu’on cherche à faire de cette liste un espace sans débat, strictement porté sur l’information… alors là, je ne suis plus du tout!

À ce compte là, j’aurais préféré qu’on offre aux abonnés de meilleurs outils de gestions des messages (filtres, etc. des outils qui existent si on se donne la peine de les implanter sur les serveurs) au lieu de « sortir de la liste » ceux qui discutaient d’autres choses. Ou encore qu’on subdivise la liste afin de diffuser par d’autres voies l’existence de nouvelles ressources éducatives numériques (a-t-on vraiment besoin d’une liste de DISCUSSION pour cela? est-ce qu’il n’y a pas déjà mille et une autres sources d’informations de ce type?).

Les gens qui me connaissent savent que je ne fais pas souvent des sauts d’humeur de ce type et que je suis généralement peu enclin à m’emporter. Alors pourquoi maintenant? Eh bien parce que je trouve absolument incroyable qu’on en soit rendu à se demander collectivement si tel ou telle opinion est à sa place dans la liste, si elle ne devrait pas plutôt être ailleurs, etc., (comme si c’était en soit un sujet de discussion!). Il me semble qu’on a bien d’autres sujets plus essentiels à débattre!

Une liste de discussion, ça vit avec les gens qui y interviennent. Si on ne veut pas reconnaître cela… eh bien tant pis, laissons-la mourir. Mais ne nous faisons pas à croire que les gens départageront systématiquement eux-mêmes dans quelle petite boîte aller porter chacune de leurs idées, opinions, etc. Si on valorise les échanges, eh bien acceptons les digressions, voire le désordre, qui accompagnent inévitablement par moment la conversation. À vouloir tout encadrer on risque de faire taire bien des gens dont les points de vue et les idées pourraient nous être bien utiles. Nous gagnerons bien sûr en confort… mais sans doute également en indifférence…

Ah, et puis zut. Pardonnez-moi — je ne me fais simplement pas à l’idée d’être au chevet d’une liste de discussion à laquelle je suis abonné depuis ses tous débuts. Il me semble que nous avons grand besoin de cette liste… malgré ses périodes de fouillis… ou surtout pour celles-ci justement!

7 commentaires

  1. Cette liste deviendra (est?) moribonde.
    Tout juste (il est 9h ici), M. Bibeau vient de signaler qu’un message de Thot était hors propos, alors que la ressource vers laquelle il pointait était, à mon avis, d’un grand intérêt.

    Le MELS aurait dû prendre la décision de fusionner les trois listes, mais dans leur grand besoin de tout catégoriser (contrôler?), on sera tellement éparpillé qu’on perdra la puissance de la communauté. Dommage.

    Ma proposition : qu’on se crée une liste tout à fait indépendante où l’on pourra discuter librement, sans s’enfarger dans les fleurs du tapis… Comme elle serait une ressource « numérique » utilisable par les enseignants, on pourrait en faire la promotion régulièrement sur edu-ressource :-)

  2. Personnellement, je comprends mal en quoi une liste de ce type demeure le meilleur outil à exploiter.

    Un forum de discussion (avec fil RSS) regroupant débats, informations, ressources ne serait-il pas plus simple d’utilisation et de gestion (sans compter qu’il serait pas mal plus simple d’y faire des recherches par mots clés)? Il serait ainsi inutile de s’inscrire à plusieurs listes et de toujours chercher à savoir si notre potentielle et éventuelle intervention ira enfreindre des règles non-écrites.

    De même, je dois avouer que je n’ai pas toujours le goût de lire tout ce qui tombe dans ma boîte de courriels et que j’efface la grande majorité des interventions sur une des listes (je ne saurais même pas dire à quelle je suis abonnée) sans les lire.

    Mais bon… Toute cette histoire de règles ésotériques auxquelles je ne comprends rien me semble donner une rigidité inutile à des échanges francs et riches.

  3. Je me suis commis dans une réflexion sur ce sujet de la plus haute importance ici, http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2006/11/le_medium_est_l.html . Merci de ta «saute d’humeur» Clément, mais maintenant, j’en suis rendu à me demander quel est le message derrière la proposition de changer le médium? Ta réflexion apporte une hypothèse («la conséquence du recadrage serait la déportation des sujets chauds vers des listes moins populeuses, moins en vue») qui pourrait s’avérer lourde de sens. J’espère qu’elle ne se matérialisera pas… qu’on continuera d’avoir des conversations intenses dans un environnement aussi signifiant.

  4. Je comprends votre frustration, je suis d’accord en partie avec vous, par contre, moi je suis bien contente que la liste ait été scindée.

    Qu’est-ce que j’ai fait, moi? Dès que j’ai su que les deux listes seraient maintenant actives, j’ai immédiatement adhéré à la liste plan_école pour ne rien manquer des discussions intéressantes qui se déroulaient auparavant sur Edu-ressource.

    Vous savez dans l’enseignement, la proportion d’enseignants qui lisent leurs courriels régulièrement (j’entends par ici plus d’une fois par semaine!) est plutôt basse. Du moins dans mon école (env. 150 enseignants). Pour ces gens, se brancher et découvrir une trentaine de messages, plus long les uns que les autres les décourageaient, les irritaient et les empêchaient de découvrir le contenu pertinent à leur enseignement. Je ne pense pas qu’on puisse forcer des gens à lire des choses qui ne les intéressent pas et tant qu’à filtrer, on s’entend que s’ils ne lisent pas leurs courriels à chaque jour, ils savent à peine ce que signifie « filtrer ».

    Bref, si le problème c’est la fréquentation de la liste Plan-École, travaillons à en faire la promotion! À quoi ça sert d’écrire des message sur une liste ultra populeuse si une grande partie des lecteurs filtrent les messages qui y sont publiés? C’est faire semblant. Moi je suis contente d’être abonnée à plan_école et quand je lis les messages qui s’y trouvent, je m’assois confortablement car je sais que j’en ai pour quelques minutes de lecture palpitante!

  5. Je suis assez d’accord avec les propos de Maude. Tu te souviens sans doute, Clément, des membres qui se sont désafililiés de la liste en bloc un certain samedi où une querelle avait fini par prendre toute la place semant même de ci, de là des propos vifs ? Un ras-le-bol. La totale! Ces personnes tenaient un discours à peu près semblable à celui de R. Bibeau justifiant la défragmentation de la liste. Plusieurs personnes.

    Ne va pas croire que les discussions plus colorées ne m’intéressent pas, mais je crois intéressant de pouvoir choisir le moment d’y être confrontée. Je crois donc, en ce qui me concerne, que je m’abonnerai aussi aux deux autres listes pour mieux diriger mes lectures, mais que j’adhère assez à l’idée de la clôture.

  6. En relisant mon texte, je me rends compte de la possible confusion entre les propos des belligérants et des démissionnaires de la liste. Lisez donc mon propos du haut comme suit:
    Les démissionnaires tenaient un discours à peu près semblable….

    Sylvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s