Lettre à Marcel Grenier, 10 ans plus tard

À peu de choses près la lettre envoyée il y a quelques minutes par courriel à Marcel Grenier, directeur général de la municipalité de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier.

Je la reproduis ici pour mémoire, mais aussi pour partager un peu plus largement les remerciements que j’ai eu envie de lui transmettre de tout coeur.

—/ début /—

Bonjour M. Grenier,

Vous ne vous souvenez sans doute pas de moi, mais je me souviens très bien de vous. J’ai été responsable il y a dix ans (déjà!) d’un camp de jour technologique qui avait été organisé pour une trentaine d’élèves des écoles « du bas et du haut de la côte » de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Cela avait été une extraordinaire expérience, qui conserve une place très particulière dans mon vécu pédagogique avec les TIC. La collaboration de la ville avait été indispensable pour rendre possible la tenue du camp de jour, mais votre complicité avait encore plus importante pour lancer les activités — comme celles de plusieurs autres Catherinois, d’ailleurs, et notamment celle  de M. Robitaille, de l’auberge Juchereau-Duchesnay. Cette expérience me suit encore tous les jours, partout où je vais, et je reste motivé par l’idée de la ville comme une « cité éducative » — un possible que j’ai pour la première fois « senti » à Sainte-Catherine.

C’est la lecture de cet article dans Le Soleil qui m’offre l’occasion de vous écrire aujourd’hui:

Le papier? Fini au conseil municipal!

J’ai eu envie de vous écrire à la lecture de ce texte parce que j’y ai reconnu encore une fois votre conception visionnaire de la ville et votre audace de précurseur — deux qualités qui ont été très inspirantes pour moi il y a dix ans et qui pourront sans aucun doute encore l’être encore pour bien des jeunes de votre coin de pays (et d’ailleurs!). Je vous en remercie car ce sont des qualités dont il est essentiel d’offrir aux jeunes (et aux moins jeunes) des exemples concrets.

C’est de Paris, où je travaille (toujours dans le domaine de l’éducation et des technologies) que j’ai pu lire le texte dans la version électronique du Soleil, mais je compte bien passer vous voir un de ces jours afin de vous féliciter et pour vous remercier de vive voix, parce que c’est un peu l’expérience que nous avons vécu ensemble — au tout début de ma vie professionnelle — qui m’a porté jusqu’ici.

Encore merci.

Très cordialement,

Clément 

—/ fin /—

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s