Comment écrire quand la distraction est partout?

Cory Doctorow est un journaliste canadien, également auteur de romans de science fiction et blogueur — prolifique dans les trois cas. Locus Magazine nous offre ce mois-ci un texte dans lequel il survole les trucs qui lui permettent d’écrire autant à une époque où la distraction est omniprésente: Writing in the Age of Distraction. Ses conseils me semblent très pertinents.

Quelques extraits, suivis de courtes réactions personnelles :

Short, regular work schedule

When I’m working on a story or novel, I set a modest daily goal (…) The secret is to do it every day, weekends included, to keep the momentum going, and to allow your thoughts to wander to your next day’s page between sessions. (…)

Leave yourself a rough edge

When you hit your daily word-goal, stop. Stop even if you’re in the middle of a sentence. Especially if you’re in the middle of a sentence. That way, when you sit down at the keyboard the next day, your first five or ten words are already ordained, so that you get a little push before you begin your work. (…)

Don’t research

Researching isn’t writing and vice-versa. When you come to a factual matter that you could google in a matter of seconds, don’t. Don’t give in and look up (…) That way lies distraction — an endless click-trance that will turn your 20 minutes of composing into a half-day’s idyll through the web. (…)

Don’t be ceremonious

Forget advice about finding the right atmosphere to coax your muse into the room. (…) When the time is available, just put fingers to keyboard and write. (…)

Kill your word-processor

Word, Google Office and OpenOffice all come with a bewildering array of typesetting and automation settings that you can play with forever. Forget it. All that stuff is distraction (…)

Realtime communications tools are deadly

The biggest impediment to concentration is your computer’s ecosystem of interruption technologies: IM, email alerts, RSS alerts, Skype rings, etc. Anything that requires you to wait for a response, even subconsciously, occupies your attention. (…) leaving your IM running is like sitting down to work after hanging a giant « DISTRACT ME » sign over your desk, one that shines brightly enough to be seen by the entire world.

* * *

C’est pour Cory Doctorow. Et moi alors? Réflexions:

Écrire un peu tous les jours: je m’y suis remis depuis le début de l’année —sans perdre de vue qu’écrire et publier, ce n’est pas forcément la même chose, comme LeRoy le signalait gentiment à Sylvain Carle il y a quelques jours dans un commentaire.

Savoir suspendre l’écriture: j’ai beaucoup de difficulté à laisser ainsi un texte en plan (et à plus forte raison en plein milieu d’une phrase!) mais je suis curieux d’expérimenter.

Ne pas faire de recherche: je suis d’accord — et je pratique! J’ajouterais, pour l’écriture destinée au Web: ne pas intégrer les liens dans le texte au fur et à mesure — attendre que le texte soit terminé.

Ne pas faire de cérémonial: je suis d’accord — et je pratique! Même le iPhone peut parfois me servir de clavier pendant mes trajets de bus.

Abandonner le traitement de texte: je nuancerais… qu’importe l’outil, dans la mesure où il permet de se concentrer sur la tâche d’écriture. J’ai déjà évoqué quelque part que j’avais acheté WriteRoom afin d’avoir un espace d’écriture d’où disparaissent toutes les sources de distraction: les menus, fenêtres, etc. Pour redécouvrir l’écran blanc: comme la page blanche. Cela a été une révélation pour moi — la redécouverte de la concentration — et j’exagère à peine! Pour mon plus grand plaisir, la nouvelle version de Pages intègre aussi cette indispensable fonction.

Fermer la messagerie instantanée (et Twitter!): toujours! toujours! toujours! Je suis d’accord — même si c’est parfois difficile!

Voilà pour ma réflexion personnelle sur les trucs de Cory Doctorow.

Et vous — comment aménagez-vous votre espace-temps d’écriture? Comment évitez-vous l’omniprésente distraction?

5 commentaires

  1. Écrire exige discipline, rigueur et persistance. Expérience faite, le plus exigeant de ces conseils : Écrire tous les jours. Et, selon moi, il y a un oubli dans sa liste : Lire tous les jours…

  2. @Jean Trudeau: C’est amusant que vous apportiez cette précision sur la lecture. Ce n’est peut-être pas un hasard si je me suis remis à écrire tous les jours — notamment sur mon blogue — presque au même moment où je me suis remis à lire plus régulièrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s