Diplomatie

20130729-072651.jpg

Nous terminions tout juste la visite de l’ONU — très belle expérience.

De l’autre côté de la rue, au One UN Plaza — siège de la délégation étasunienne à l’ONU — un déploiement sécuritaire: véhicules officiels, policiers, services secrets, quelques journalistes… et quelques badauds.

La curiosité nous porte à attendre, à observer, à tendre l’oreille — à remarquer que de leurs postes d’observation, les agents des services secrets scrutent nos sacs et s’interrogent sur notre parapluie. Les cyclistes sont forcés de quitter la voie qui leur est normalement réservée. Les journalistes reçoivent des appels, les caméramans se déplacent. Les attendus se font manifestent attendre… Mais de qui s’agit-il?

— On dit que John Kerry est dans cette voiture et qu’il attend l’arrivée d’une délégation syrienne.

Ça a été dit avec un français impeccable.

— Merci! Vous êtes de New York?

— Je suis née dans l’état de New York, mais je vis maintenant à Seattle. Je suis ici seulement pour la semaine. (…) J’espère que John Kerry se montrera bientôt parce je ne veux pas être en retard au théâtre! Et vous, d’où êtes-vous?

— Du Québec, de la ville de Québec. Nous sommes aussi en vacances pour la semaine.

— Ah, le Québec! J’adore la musique québécoise: La Bottine souriante, Vent du Nord… c’est absolument magnifique!

Eh ben, me suis-je dit… Nous sortons des Nations Unies, nous attendons John Kerry pour ajouter un visage à l’apprentissage de la diplomatie auquel nous avons consacré l’après-midi avec les enfants…

    Les questions fusent encore: « Papa, c’est qui John Kerry? C’est quoi un secrétaire d’Etat? Les Affaires étrangères? Hillary Clinton? Pourquoi une délégation syrienne? Pourquoi pas aux Nations Unies plutôt qu’ici, dans l’immeuble étasunien? … »

… et ce n’est pas Céline Dion, Arcade Fire ou même le Cirque du Soleil qui représentent ici le Québec, mais la Bottine souriante et Vent du Nord.

Cela n’enlève rien aux premiers — mais quelle remarquable illustration du fait que la vitalité d’une culture nationale ne saurait être résumée que par le succès de ses mégastars internationales!

La diplomatie c’est la capacité à reconnaître ce qui nous distingue les uns et les autres — ce qui fait de nous des personnes et des nations uniques, nos cultures — pour bâtir ensuite la capacité d’agir ensemble, en s’appuyant sur ce qui nous unit.

Ça été notre résumé de l’après-midi au moment de reprendre notre route sur la 48e rue.

    … et je me suis fait la réflexion que le Québec aura mérité son siège dans la salle l’Assemblée générale de l’ONU quand nous saurons vraiment qui nous sommes et ce qui fait réellement de nous une nation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s