Une invraisemblable coïncidence

Quand il semble y avoir tout à coup autour de nous toutes sortes de coïncidences, c’est généralement qu’on a l’esprit plus alerte, plus éveillé que d’habitude. C’est parce qu’on est là, l’esprit ouvert, dans un contact privilégié avec notre environnement — avec la vie.

Ce n’est pas parce qu’il y a vraiment plus de coïncidences dans ces moments-là. C’est une illusion. C’est seulement parce qu’on les remarque plus facilement. Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’une coïncidence — si ce n’est l’association fortuite de deux phénomènes distincts qui se trouvent soudainement liés par une idée plus ou moins mûre qui germe dans notre esprit?

J’adore ces moments-là.

Ils sont pour moi le signe qu’il se passe quelque chose. Que c’est un moment important. Que quelque chose est en train de prendre forme — même si je ne peux pas encore le définir clairement.

***

Je dinais ce midi avec Samuel Matteau. Ça fait des mois que Carl-Frédéric me dit que nous devions faire connaissance. C’est la mise en ligne de Limoilou, la semaine dernière, qui nous avait enfin donné l’occasion de prendre rendez-vous.

J’avais fait référence à Limoilou dans ce court billet, en signalant notamment une scène du court-métrage où les enfants défilent dans une ruelle, passant devant un camion coloré — dont j’avais retenu l’image pour illustrer mon texte.

Quittant Le Cercle vers 13h15, je sers la main de Samuel, on se promet de garder le contact, lui part vers l’Ouest et moi vers l’Est… et quelques pas plus loin… qu’est-ce que je ne vois pas arriver vers moi sur la rue Saint-Joseph? Le camion coloré!

Le camion coloré: celui du film. Le même! Celui qui était sur l’image que j’avais choisie parmi des centaines de possibles quelques jours plus tôt!

Il est passé devant moi. J’étais ébahi. J’ai eu tout juste le temps d’en faire une photo.

Si je n’avais pas pris cette photo, je n’y croirais déjà plus ce soir.

camion_limoilou

4 commentaires

  1. @Daniel: je suis tout à fait d’accord avec toi. Et c’est bien le sens du début de mon texte. Je pense (comme toi?) que c’est le regard qui « créé » la coïncidence en associant des phénomènes qui, à un autre moment, se seraient manifesté à nous « comme si de rien était ». Les probabilités que ces événements aient lieu simultanément n’est pas changé pour autant…

    La coïncidence est surtout révélateur de celui qui observe et de la « qualité » du regard qu’il porte sur son environnement à un moment précis.

  2. et la slotche par terre sur le trottoir et la rue, tiens, voilà qui me redonne le goût du Québec au petit matin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s