Des mots flots au livre de sable

IMG_4427

26 décembre 2012

Sur le bateau qui nous amène de Montevideo à Buenos Aires j’écoute Thomas Hellman chanter les mots de Roland Giguère.

L’eau couleur de lion scintille. Le ciel est s’est éclairci jusqu’au bleu. Azul.

La poésie est là, omniprésente.

Les mots-flots s’abattent sur la plage blanche où j’écris que l’eau n’est plus l’eau sans les lèvres qui la boivent.

Les mots peints sur mon mur de chambre quand j’ai connu Ana.

Les mots flots. La plage blanche. Le livre de sable.

Aujourd’hui, je suis là. Avec Roland Giguère, à la rencontre de Borges.

One comment

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s