PaulineMarois.org et les nouveaux espaces démocratiques

Au cours des derniers jours, Opossum a eu l’occasion tout à fait imprévue de concevoir et de réaliser (avec iXmédia) le site de la candidature de Pauline Marois à la direction du Parti Québécois. Ça été deux jours et demi de travail intensif, mais je suis pas mal fier du résultat. Ce n’est pas parfait… mais c’est pas mal du tout et c’est très souple, alors ça va sans doute continuer à s’améliorer dans les prochaines semaines.

Il y a une partie du site qui est sous forme de « livre de bord » de sa campagne. Il est possible de réagir à chaque texte qu’elle publiera. Ça été fait ainsi dans le but de favoriser un dialogue et de faire en sorte que Pauline Marois puisse prendre le poul des gens et se laisser inspirer par leurs idées, leurs interrogations, leurs suggestions.

L’interaction qui en résulte est quelque chose que les responsables de campagne savent utile, pertinent et nécessaire, mais qui est sans doute un peu insécurisant (je présume!). Alors si ça vous dit de donner un petit coup de pouce pour favoriser la naissance de nouveaux espaces démocratiques, qui permettent une proximité croissante entre les « représentants » et les « représentés » (c’est nous ça!), eh bien ne vous gênez surtout pas pour laisser un petit mot sur le site: commentaires, questions, suggestions encouragements, etc. Ça ne vous oblige évidemment pas à prendre position… Après tout, la démocratie, c’est débattre, discuter, échanger des points de vue.

Je pense que nous avons la reponsabilité collective d’encourager les politiciens et les politiciennes qui, comme Pauline Marois et André Boisclair, osent expérimenter ce que les « nouvelles technologies » permettent comme nouveaux espaces la discussion, de débat et de dialogue.

Ce sera aussi un message lancé aux autres candidats, qui pour le moment n’ont pas de site Web ou en ont un qui ne fait pas de place aux idées du public. Le message sera aussi passé pour les prochaines élections. Il me semble que comme citoyen, nous avons droit à un contact de ce type avec les gens qui sollicitent notre confiance.

Bravo et bonne chance à Pauline Marois!

9 comments

  1. J’applaudis moi aussi l’émergence des blogues dont se dotent les politiciens. Tout moyen pour accroître les communications entre les candidats et les élus avec les citoyens ne peut que valoriser la démocratie. Néanmoins, nous avons la responsabilité (et surtout les blogueurs) d’être vigilants quant aux intentions des politiciens.

    Sans vouloir être cynique, il se trouve que plusieurs politiciens sont disposés à utiliser tous les médias disponibles pour faire avancer leur cause. John Edwards (http://en.wikipedia.org/wiki/John_Edwards), le partenaire de John Kerry dans la dernière présidentielle américaine et probablement un candidat aux prochaines élections, disait dernièrement ‹ et candidement ‹ que les blogueurs sont considérés comme des supporters faciles à gagner et qui ont le grand avantage de savoir diffuser leur réseau d’influence.

    Hourra ! pour la démocratisation du dialogue politique, mais préservons la lucidité. Évidemment, je ne sous-entends rien dans le cas de Pauline Marois ou d’André Boisclair.

  2. « Hourra ! pour la démocratisation du dialogue politique, mais préservons la lucidité. »

    Je suis tout à fait d’accord avec toi François sur ce point. Et je compte bien sur les gens critiques-constructifs comme toi (et bien d’autres qui participent à ce carnet) pour signaler les errements potentiels.

    C’est aussi tout un apprentissage pour les équipes politiques. Et à ce titre, je pense qu’on peut trouver aux États-Unis autant d’exemples à suivre que d’exemples à éviter. J’en puise plutôt une source d’inspiration. Pas nécessairement des modèles.

    À suivre tout ça, à suivre.

  3. Dans cette volonté d’accéder à tous les espaces médiatiques, je ne peux être que septique sur l’authenticité du billet lorsque débute une période électorale. On peut se demander de qui, le candidat ou bien son service médiatique, en est réellement le véritable auteur de ces billets.

    Je crois que les politiciens ont tout à gagner, mais j’ai de la difficulté avec ceux qui ne se découvrent une âme de blogeur qu’en période électorale. J’avoue avoir un préjugé favorable, concernant l’authenticité, à ceux qui bloguent avant et après ces fameuses périodes.

  4. Je vous trouve bien sévères les gars, même si je ne peux qu’être d’accord avec un scepticisme qui est on ne peut plus sain en période électorale.

    Je vous trouve trop sévères parce que je pense que vous oubliez/niez que les périodes électorales ne sont pas seulement des période de « vente » pour les politiciens, ce sont aussi d’intenses périodes apprentissage où il leur faut écouter, s’adapter, tendre des ponts, etc.

    Pour cette raison, tout en étant sceptiques (vous en avez parfaitement le droit!), je pense que vous devriez laisser la chance à Mme Marois de montrer qu’elle sait « joueur le jeu » de ce nouveau type de communication avec les gens de qui elle sollicite la confiance. Testez-la. Interpellez-la. Invitez-la au dialogue. Et jugez ensuite.

    Je signale par ailleurs à Éric que le site Web a été bâti de manière à créer un espace d’interactivité sans tout axer sur le fait que ce soit « un blogue », précisément parce qu’il est certain que Pauline Marois a des apprentissages à faire dans cette formule et que « la manière livre de bord » correspondait plus à son appropriation du concept. Il me semble que c’est correct ainsi.

    Quand à qui écrit les textes, pour ce que j’en sais, actuellement, il est vrai qu’il y a des intermédiaires. Au sens où Pauline Marois communique des impressions et des messages à quelqu’un qui rédige un texte à partir de ces notes. Le souhait de tout le monde est d’éliminer progressivement cette étape, mais on verra si cela est possible dans le contexte actuel. Une chose est certaine: tous les commentaires qui lui sont adressés par le site (par courriel ou par commentaire public) lui sont relayés pour rétroaction.

    Je souhaiterais évidemment aussi qu’il n’y ait aucun intermédiaire, mais je pense qu’il est acceptable qu’il y en ait dans la mesure où le dialogue annoncé est véritable. Ce que je crois dans le cas de Pauline Marois.

    Je juge personnellement plus important de savoir que la personne qui sollicite ma confiance aura une oreille attentive à ce que je pourrai dire sur son site que de savoir que c’est elle qui a mis les doigts sur les touches pour écrire ce que je peux lire à son sujet (même si je le souhaiterais évidemment aussi).

    Alors manifestation d’opportunisme ou preuve d’adaptabilité, on peut bien en penser ce qu’on veut.

    Pour ma part, j’ai beaucoup de respect pour ceux et celles qui osent. Je pense que c’est ce que Pauline Marois a fait dans le cas qui nous intéresse.

    Je crois dans les outils tels que les blogues parce qu’ils permettent/obligent de nouveaux canaux de communication entre les gens. Chacun devant/pouvant les utiliser à la manière. Alors avant de jugez sur la forme, je nous invite à juger sur le fond. C’était le sens de mon message initial.

    Envahissons l’espace, interpellons la candidate (et les autres candidats) sur les sujets qui nous préoccupent: l’éducation, la place de l’ordinateur à l’école, le logiciel libre, etc., et jugeons après: de la qualité des réponses et de la véritable ouverture au dialogue.

    Partants pour que nous formulions ensemble quelques questions?

  5. En lisant ce billet de Éric Noël http://www.blog.profnoel.com/index.php/disparition-du-blogue-de-pauline-marois , je ne peux m’empêcher de penser qu’elle l’a fait plus pour la forme et l’apparence que pour le fond et l’expérience. J’y décode un élément de contrôle. Madame Marois aime avoir le plein contrôle, alors qu’André Boisclair semble plus enclin à expérimenter de nouvelles avenues. Il y a bien entendu la stratégie politique derrière tout cela… En fait, ce qui m’attriste d’un certaine façon, comme le mentionne Éric, c’est la disparition pure et simple des commentaires que les gens avaient faits. D’accord, certains commentaires étaient «hors sujet», mais ce n’est pas une raison pour tout jeter. Il faut croire que cet épisode d’André Boisclair http://www.andreboisclair.ca/blogue/post/index/7/Honntet-et-politique lui a fait peur.

    Clément : «Je pense que vous devriez laisser la chance à Mme Marois de montrer qu’elle sait « joueur le jeu » de ce nouveau type de communication avec les gens de qui elle sollicite la confiance. Testez-la. Interpellez-la. Invitez-la au dialogue. Et jugez ensuite.»

    C’est triste Clément, mais Mme Marois ne veut plus jouer ;-)

  6. Patrick,

    J’y reviendrai sans doute plus tard ce soir, ou dans les prochains jours, mais déjà, un commentaire me vient l’esprit, dans les suites du commentaire de François au texte d’Éric.

    Je pense que nous avons manqué, comme bloggeurs expérimentés, d’appuyer l’initiative. C’est une chose complexe que de gérer un blogue dans un contexte comme celui d’une course à la chefferie. Et nous avons laissé cet espace un peu en friche. À la merci de gens qui malgré leurs bonnes intentions, ont sans doute insécurisés certaines personnes.

    Je ne conclu pas comme vous que le blogue de Mme Marois soit terminé. Mais il faut bien constater que sa forme a changé et que les commentaires qui s’étaient inscrit au bas des textes de la version précédente du site ne s’y trouvent plus.

    Est-ce un crime? Une abdication? Une simple étape dans l’apprivoisement de tout ça? Je ne sais pas. Je préfère croire que c’est la troisième option.

    Mais je suis plus conscient que jamais que nous avons la responsabilité d’appuyer, concrètement, par nos gestes, les initiatives d’ouverture du dialogue public. Les saluer et les observer n’est manifestement pas suffisant.

    On se lance? On commente? On veille? On interpelle les participants pour faciliter la conversation?

    Je nous en lance le défi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s