Torrent

Ce soir, c’est un navire appelé Torrent qui attire mon attention. Il est ancré devant Saint-Simon de Rimouski, dans le parking de la voie maritime du Saint-Laurent. Un espace qu’on appelle aussi les Rasades.

J’ai découvert cet endroit en visitant une exposition de Baptiste Grison, au Centre d’art de Kamouraska cet été.

Les Rasades, c’est l’endroit où les bateaux s’arrêtent avant de passer par Les Escoumins pour faire monter à bord un pilote du Saint-Laurent — qui prendra les commandes du navire sur le fleuve.

Il arrive aussi que les bateaux s’arrêtent là en sortant de la voie maritime, après avoir laissé leur pilote du Saint-Laurent, le plus souvent dans l’attente d’une nouvelle destination — ou pour diverses autres raisons. Parfois pour plusieurs jours, voire quelques semaines.

Ce soir, il n’y a que deux bateaux aux Rasades. Un pétrolier, et un vraquier: le Torrent.

Le Torrent a piqué ma curiosité parce qu’il arrive de Paranagua, au Brésil, et qu’il a pour destination finale Toronto, après un arrêt prévu au quai 104 du port de Québec. Mes observations des dernières semaines me suggèrent qu’il doit donc transporter une cargaison de sucre brut destinée à la raffinerie Redpath.

J’ai appris dans les dernières semaines que les bateaux qui arrivent chargés de sucre ont un tirant d’eau trop important (profondeur sous l’eau) pour pouvoir emprunter la voie maritime jusqu’à Toronto. Ils doivent donc laisser une partie de leur cargaison sur un quai dans un port en eau profonde avant de poursuivre leur route. D’où l’escale à Québec.

C’est d’ailleurs ce qu’un bateau semblable, le Eider, a fait le 14 septembre… Je suis même allé voir la cargaison qu’il a laissée sur le quai, recouverte d’une immense bâche noire. C’est très impressionnant.

Je sais que cette cargaison est toujours là aujourd’hui… et le Torrent est attendu au quai 104 ce dimanche à 15h!

Comme je ne peux pas croire qu’il y a encore de la place sur le quai pour ajouter autant de sucre — et qu’il ne serait pas logique que le bateau ait fait la route du Brésil partiellement chargé pour garder de la place pour le surplus de la cargaison du Eider — je me dis qu’il doit y avoir une autre explication.

C’est l’horaire des arrivées prévues au Port de Québec qui me permet de faire une hypothèse.

Je constate que le Whitefish Bay doit arriver demain soir au quai 104. C’est un laquier — un navire à fond plus plat, conçu pour la voie maritime et pour naviguer sur les Grands Lacs.

Il se peut bien qu’il vienne chercher la cargaison du Eider pour l’apporter à Toronto, laissant de la place sur le quai pour une partie de la cargaison du Torrent, qui attend patiemment son tour aux Rasades.

Si c’est le cas, le Whitefish Bay quittera Sept-Îles demain matin en direction de Québec, il sera chargé de sucre samedi, quittera le quai dimanche et au même moment le Torrent quittera alors les Rasades en direction de Québec pour décharger une partie de sa cargaison sur le quai laissé libre quelques heures plus tôt, avant de reprendre sa route de Toronto, où il ira rejoindre le Whitefish Bay au quai de la raffinerie Redpath.

Les prochains jours diront si j’ai bien compris! Hâte de voir…

Je suis plutôt confiant parce que des recherches additionnelles me confirment que si le Whitefish Bay est généralement utilisé pour transporter du charbon ou du minerai de fer, il lui arrive de transporter aussi du sucre.

D’ailleurs, vous saviez que les mêmes bateaux pouvaient transporter du charbon en vrac, puis, dans les mêmes cales, du sucre en vrac? J’ai été renversé d’apprendre ça il y a quelques semaines. Évidemment, les cales sont lavées avant de charger le sucre… les protocoles de nettoyages sont d’ailleurs aussi un sujet fascinant — on pourra en reparler.

Tout ça révèle une impressionnante chorégraphie maritime qui se répète continuellement… parce que j’ai lu que la raffinerie Redpath reçoit une cargaison de sucre tous les dix jours!

S’ajoutent à ça d’autres livraisons pour la raffinerie Lantic, qui est située à Montréal.

C’est donc dire qu’il a au moins un bateau plein de sucre brut en provenance du Brésil (ou d’ailleurs) qui passe devant Québec chaque semaine! Ça en fait ça du sucre!

***

Mise à jour: Je réalise que la photo qui nous accueille sur le site web de QSL (l’entreprise qui gère les opérations portuaires du port de Québec) permet de très bien voir de quoi on l’air les monticules de sucre sur le quai 104.

4 réflexions sur “Torrent

  1. Oui! Merci pour tout ça: tu y mets un temps que je n’ai pas en ce moment, et nous en faire profiter est très généreux de ta part!

  2. Tu savais qu’il y a trois zones différentes qui nécessitent chacune un pilote différent entre Les Escoumins et Montréal? Le fleuve St-Laurent est une voie navigable inimaginablement difficile!

  3. @Caroline: oui, j’ai fini par comprendre ça — je suis quelques pilotes sur Twitter et commence à comprendre, je pense, de mieux en mieux…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s