Entre l’utopie et la réalité

C’est étrange.

J’ai été silencieux ici très (trop?) longtemps parce que je manque de temps pour mettre de l’ordre dans mes idées personnelles… me contentant pour le moment d’absorber, de noter, d’emmagasiner. J’en ai plein les yeux, plein le coeur, plein la tête.

Et voilà précisément que c’est cette difficulté de trouver du temps pour réfléchir qui me ramène ici.

Parce que mon blogue est le meilleur outil dont je dispose pour m’accompagner dans mes réflexions.

Parce que je l’ai modelé ainsi; parce qu’il m’est personnel… tout en me reliant à des gens qui ont manifesté de l’intérêt pour réfléchir avec moi.

Évidemment, le problème quand on reprend l’écriture après autant de temps, c’est de savoir par où commencer, parce que forcément, les sujets ne manquent pas…

Cette fois, quand je cherche un fil conducteur entre toutes les idées, embryonnaires, qui me passent par la tête depuis quelques semaines, il y a un texte qui occupe une place privilégiée. Il s’agit d’un texte de François Dubet, lu dans Libération, le 12 janvier.

Dans ce texte intitulé Redoutable égalité des chances, le sociologue aborde sans complaisance le caractère utopique (voire illusoire) du concept d’égalité des chances qu’il estime, par ailleurs, indispensable pour le bon fonctionnement (et le développement) d’une société démocratique.

Pourquoi utopique?

« …tout devrait nous conduire à être prudent en la matière car, après tout, l’ensemble des recherches sociologiques conduites en France et ailleurs montre que ni l’école ni le marché du travail ne parviennent à effacer les effets des inégalités sociales. »

« …l’égalité des chances constitue notre horizon de justice central, qu’elle est la fiction sur laquelle nous continuons à imaginer qu’il est possible de construire des inégalités justes. Un enseignant peut être révolté par les inégalités sociales qui pèsent sur les performances de ses élèves, il n’empêche qu’il est «obligé» de croire à l’égalité des chances quand il note leurs copies… »

« L’orgueil des élites issues des compétitions économiques et scolaires montre aisément que l’égalité des chances peut être, à la fois, une forme de justice et une manière de légitimer de plus grandes inégalités puisque celles-ci sont produites par un principe indiscutable. Dès lors, l’égalité se retourne contre elle-même. »

« …si nous méritons nos succès et nos échecs, nous ne méritons pas forcément les vertus et les handicaps qui nous font triompher ou échouer. »

« Même juste, l’égalité des chances implique mécaniquement qu’il y ait des vaincus… »

Pourquoi nécessaire?

« …il est évident que, dans les sociétés démocratiques affirmant l’égalité fondamentale des individus, l’égalité des chances est la seule manière de produire des inégalités justes, c’est-à-dire des inégalités tenant au mérite de chacun, à son travail, à sa vertu et à sa liberté puisque chacun doit être libre de mettre son propre mérite à l’épreuve. »

« …l’égalité des chances ne vise pas à produire une société égalitaire, mais une société dans laquelle chacun peut concourir à égalité dans la compétition visant à occuper des positions inégales. »

« La lutte pour l’égalité des chances ne peut pas faire l’économie du combat pour la réduction des inégalités sociales, des inégalités des positions et des ressources… [c’est] la seule façon d’offrir des garanties et une égalité sociale fondamentale à ceux qui échouent dans la compétition égalitaire, fût-elle juste. »

« Pour être juste et vivable, une société ne peut se réduire à cette sorte de compétition permanente et d’autant plus permanente qu’elle serait juste, à une société dans laquelle chacun ne serait que l’entrepreneur de lui-même. Pour cette raison, la justice ne consiste pas seulement à réduire les inégalités de position, elle conduit aussi à faire que ces positions soient les meilleures possibles en permettant à chacun de construire la vie qui lui semble bonne. »

Pourquoi avoir choisi ce texte?

Parce que d’une certaine façon, il rassemble plusieurs convictions qui me servent à articuler mes préoccupations sur la ville comme une cité éducative (plus présentes et alimentées que jamais), sur le rôle de l’école (que je découvre sous de nouveaux angles), sur la place du matériel didactique et des « technologies numériques » (plus que jamais au coeur de mon quotidien) dans un projet éducatif « libérateur et solidaire ». Il fait aussi clairement écho à plusieurs des observations (parfois étonnantes!) que je fais sur l’évolution de la situation politique à Québec, au Québec et au Canada.

En effet, quand je lis, j’entends et je vois, malgré la distance, les discours simplistes de plusieurs politiciens; quand je m’indigne (en privé, pour le moment) de plusieurs décisions qui se prennent dans ma région; quand je lis avec effroi certains discours sur la réforme scolaire; et quand je constate que la tactique fait office de valeurs pour plusieurs partis et mouvements politiques qui devraient animer l’espace public dans le but de « tirer la société vers le mieux »… je me dis que c’est très juste (et nécessaire) aujourd’hui d’affirmer, comme le fait François Dubet dans ce texte, que malgré les contraintes auxquelles la réalité nous confronte, et en dépit des résignations temporaires qu’il est parfois nécessaire d’accepter, il faut continuer d’affirmer les valeurs qui nous guident, de formuler des utopies et d’oeuvrer avec détermination à rallier les gens autour des idées qui en découlent. À défaut de le commenter de façon plus complète dès maintenant, notons que c’est également dans cette perspective que j’ai lu avec grand intérêt la récente réflexion de Philippe Meirieu sur le rôle des enseignants à l’horizon 2020.

En d’autres termes, ce qui apparaît dans un premier temps contradictoire peut n’être en fait qu’un méandre sur la trajectoire qui doit nous mener vers une destination projetée. Évidemment, il n’y a rien comme avoir clairement en tête cette destination pour accepter les détours auxquels la vie nous convie…

Il me semble qu’en cela le travail des enseignants et celui des animateurs de l’espace public se rejoignent clairement parce qu’ils impliquent dans les deux cas d’être en mesure de formuler des projets dans lesquels les gens à qui ils s’adressent pourront s’engager avec suffisamment de conviction pour accepter les efforts et les sacrifices que leur réalisation peut impliquer.

C’est aussi — dans une tout autre perspective — le défi qui se pose à moi ici pour les prochains mois. Je m’en réjouis.

4 commentaires

  1. Heureux de relire Clément Laberge sur son blog et dans sa vie parisienne. Je ne sais pas si les débats sur l’éducation sont aussi vifs au Qébec qu’ils ne le sont en France, mais je me réjouis que nos analyses sur la situation de l’école soient convergentes. L’ « égalité des chances » est une notion bien ambigüe comme le montre François Dubet. L' »égalité des chances » peut être l’alibi de la méritocratie et de la réussite individuelle.
    Je préfère que l’on parle d’une école de la réussite de tous les élèves. Ce qui suppose à la fois, une grande ambition pour chaque élève (l’éducabilité chère à Meirieu) et aussi une école qui permette à chaque individu de s’épanouir. Et sur ce dernier point – la différenciation-, je crois que les nouvelles technologies peuvent jouer un rôle essentiel.
    Ca fait un beau projet et un beau défi…
    Salutations pédagogiques et peut-être à bientôt.

  2. En réponse à mon texte, mon père m’a fait suivre ce texte, extrait de: Albert Jacquard, Dieu? Stock/Bayard, France, 2003, pp. 135-140.

    —/ début /—

    LA COMMUNAUTÉ HUMAINE

    […] le plus décisif, pour chacun de nous, est que notre participation à cet être global (la communauté humaine) nous transforme et fait se développer en nous des possibilités nouvelles. Nous ne sommes pas seulement le résultat des interactions entre les éléments qui nous constituent, nous sommes aussi le produit des influences reçues de la collectivité dont nous faisons partie. Chacun peut accéder à des performances qui sont générées par sa participation à ce qui lui est extérieur et non par les interactions qui se déroulent en lui.

    Il est donc réaliste pour comprendre ma personne de ne pas m’en tenir à la démarche proposée par Descartes: l’analyse de plus en plus fine de ce qui me constitue, organes, cellules, molécules. Cette analyse ne débouche pas vraiment sur la compréhension de ce que je suis. Elle est nécessaire, car je suis bien réellement un ensemble d’objets concrets; mais elle est insuffisante: je ne suis pas que cela. Il faut la compléter par le cheminement inverse dont l’origine est la collectivité dont je fais partie. je suis aussi les liens que je tisse avec ce qui m’entoure, en premier lieu avec les humains; je suis, parmi eux, en communion. […]

    C’est un fait, l’interdépendance de tous les humains vient de se réaliser; la rapidité des transports, l’instantanéité des échanges d’informations font que les actes de chacun ont des conséquences pour tous les autres. Ce processus est semblable à ce qui se passe entre les molécules qui s’assemblent pour former des cellules ou entre les cellules qui s’assemblent pour former des organes. Mais une différence décisive se produit: ces cellules, ces organes, réagissent les uns avec les autres en se soumettant aux lois de la nature. Les humains ont, eux, la possibilité de réagir en fonction d’une attitude qu’ils ont eux-mêmes choisie. A eux de décider de la forme de leur interdépendance :

    Ils peuvent se regarder l’un l’autre avec indifférence, chacun n’ayant d’intérêt que pour son propre devenir. Tout se passe comme si leurs rencontres n’avaient pas eu lieu; rien n’est mis en commun; aucune structure n’est créée, l’humanité n’est alors qu’un amoncellement d’humains, un tas d’hommes n’ayant pas plus de capacités que chacun d’eux.

    Ils peuvent aussi se regarder avec crainte, « l’autre » représentant pour chacun un danger. Se mettent alors en place des processus d’opposition, d’agression, de défense. Ces processus initialement individuels se prolongent en créant des groupes ayant pour but premier de lutter contre d’autres groupes. Ces mises en commun partielles sont à la source d’exploits techniques merveilleux, mais qui sont essentiellement destructeurs. […]

    Ils peuvent enfin voir en l’autre une source leur apportant les moyens de la construction d’eux-mêmes. Alors toute rencontre, entre les personnes ou entre les collectivités, est l’occasion pour chacun de se dépasser soi-même, d’avoir accès à des possibilités nouvelles.

    Quelle attitude choisir ?

    […] L’indifférence comme l’agressivité ne peuvent générer que des catastrophes, l’ouverture confiante peut être bénéfique; pourquoi hésiter ?

    —/ fin /—

  3. Indifférence et agressivité en opposition à ouverture et … affirmation, je dirais. Ton texte Clément et les commentaires qui ont suivi mijotent depuis deux jours et ce soir, une pensée m’assaille : «Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres.» Cette phrase de George Orwell (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ferme_des_animaux ) va dans le même sens, il me semble, que ce passage du texte de Dubet :

    «… l’égalité des chances est la seule manière de produire des inégalités justes, c’est-à-dire des inégalités tenant au mérite de chacun, à son travail, à sa vertu et à sa liberté puisque chacun doit être libre de mettre son propre mérite à l’épreuve.»

    Quelle force! L’idée me fascine en ce sens que l’égalité n’est pas dans le résultat, mais dans le point de départ, dans sa condition d’être libre qui peut prendre des décisions responsables. «Mettre son propre mérite à l’épreuve», éprouver la qualité de son cheminement, la valeur de son parcours en le situant par rapport à son point de départ… Vraiment intéressant.

    En ce sens, n’y aurait-il pas plusieurs avantages à vivre des difficultés en début de parcours?

    En ce sens, aurions-nous à questionner nos habitudes de parents à vouloir SURprotéger notre marmaille, particulièrement en bas âge?

    Et toujours dans cet esprit, aurions-nous raison d’éduquer davantage aux vertus du délai, comme outil de mise à l’épreuve?

    Surtout si on veut éviter une «… société construite sur une égalité des chances parfaitement juste [qui] pourrait, en même temps, être parfaitement inégalitaire.» comme a écrit ce même Dubet, voulant peut-être par là nous interpeller sur le fameux «orgueil des élites»?

    Je continue à y penser…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s