La polémique comme stratégie politique

Trump n’a pas gagné ses élections malgré ses propos outranciers. Il les a gagnées grâce à ses propos outranciers. Il va falloir finir par le comprendre!

Même chose pour Bolsonaro au Brésil, Doug Ford en Ontario et peut-être bientôt Maxime Bernier, qui a très bien compris ça.

Certains animateurs de radio de Québec utilisent la même stratégie depuis des années et ça marche aussi, encore et encore!

Aucun de ces hommes ne croit tout ce qu’il dit. Ils ne sont pas cons, ils ont juste trouvé un moyen redoutablement efficace pour neutraliser leurs adversaires: en les distrayant, tout simplement!

Pendant que les polémiques enflamment les médias et les réseaux sociaux, leurs opposants n’ont plus d’espace pour présenter leur vision de la société et le projet politique qui l’accompagnent… et c’est ainsi qu’ils deviennent lentement mais sûrement de moins en moins pertinents, jusqu’à l’asphyxie.

N’est-il pas normal de reconnaître plus de leadership à ceux qui maîtrisent aussi bien les ressorts de la communication à l’ère des médias sociaux qu’à ceux qui tombent systématiquement dans le panneau en réagissant chaque fois avec la même indignation sans réaliser qu’ils s’enfoncent dans un lent suicide politique?

Chaque fois que des progressistes s’indignent des propos d’un polémiste de droite il faudrait leur rappeler qu’ils sont encore en train de tomber dans le panneau et qu’ils sont en train de réunir les conditions de leur propre perte. Dont feed the troll!

La plus indispensable compétence d’un.e. leader aujourd’hui c’est d’être capable de désamorcer une polémique et de reprendre le contrôle de la conversation et de l’espace médiatique. Pour être capable de présenter un autre projet de société.

Si on n’apprend pas ça rapidement il va falloir se faire à l’idée de voir de plus en plus souvent des trolliticiens remporter les élections.

C’est une perspective bien peu réjouissante… dont on aura été complices si on se laisse trop souvent porter par une vaine indignation.

2 comments

  1. Un autre avantage des polémistes est qu’ils semblent souvent plus authentiques parce qu’ils n’utilisent pas la langue de bois.
    Souvent, le réflexe de réaction ou d’indignation est plus fort que celui de réflexion.
    Excellent texte. Un de mes préférés.

  2. Très bon billet Clément!
    Quand les stratégies de communication l’emportent sur les visions et stratégies politiques…
    Les réactions des leaders pourraient être une cible, mais il ne faudrait pas oublier d’autres facteurs qui participent aussi grandement à cette dynamique… Notamment le contexte social qui est à la fois source et produit de cette dynamique ainsi que les médias qui jouent le jeu des stratèges en communication parce qu’ils ont des bénéfices à le faire…
    Je laisse ici deux liens qui pourraient alimenter cette intéressante et nécessaire réflexion:
    http://danslesmedias.telequebec.tv/emissions/100495948/jean-luc-mongrain/41666/la-polarisation-mediatique-aux-etats-unis
    https://lactualite.com/societe/2018/10/30/cette-fracture-sociale-qui-divise-les-canadiens

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s