Imprévu

Photo prise le 5 août au Centre d’art de Kamouraska.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Les mains de Capucine posées sur une édition originale de la Flore laurentienne, du Frère Marie-Victorin — un de mes héros — sous le soleil de Kamouraska: comment résister à prendre une photo?

C’est elle qui a vu le livre en premier au deuxième étage du Centre d’art. Il accompagnait les très belles oeuvres de Virginie Chrétien.

C’était un jour d’escapade imprévue. On s’est regardé après le déjeuner et on s’est dit: «go on va passer la journée à Kamouraska avec ceux qui ont le goût».

On a vu beaucoup de belles choses, très bien mangé et on a fini ça les pieds dans le sable au bout du vieux quai pour contempler le coucher du soleil.

Réapprendre à pouvoir faire de place à l’imprévu dans notre horaire, je trouve que c’est un autre plaisir de voir nos enfants devenir autonomes.


Extraits de mon journal du 5 août:

«Au réveil j’ai plongé dans l’écriture: mon projet avance bien! Il ne reste plus que quelques section à rédiger et une dernière relecture pour améliorer encore un peu. (…) Nous sommes ensuite partis à l’improviste pour Kamouraska. Départ par la 20, retour par la 132. Un bien bel après-midi. (…) Dodo vers minuit, avec le sourire.»

Paysage

Photo prise le 23 octobre.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Être travailleur autonome, c’est aussi avoir la chance de passer pas mal de temps à la maison — et de pouvoir varier facilement ses espaces de travail.

Au cours de l’année, j’ai travaillé à mon bureau, à la table de la cuisine et quelques fois dans la cour arrière, mais mon lieu de prédilection est sans contredit cet espace dans le salon.

Confortablement assis, le iPad appuyé sur le large accoudoir du sofa, parfois les pieds posés sur la petite table, souvent au rythme de quelques airs de jazz, mais surtout, surtout, chaque fois avec ce magnifique point de vue.

Hiver, printemps, été, automne, sous le soleil ou sous la pluie, c’est toujours beau et inspirant.

Quand je suis assis là, j’essaie de prendre le temps de relever les yeux entre chaque courriel, question de rester connecté avec la nature — je pense que ça aide à bien travailler.

C’est le bouleau qui m’accompagne au boulot…

J’ai parfois même la chance de voir un de nos trois jeunes adultes s’ajouter au paysage le temps de réviser un examen, de lire un peu ou de regarder un film ou une série télé.

La belle vie.


Extrait de mon journal du 23 octobre:

«Beau soleil, aujourd’hui, mais il fait très froid. Assis dans le salon, je constate que c’est la journée que le bouleau a choisi pour se défaire de ses feuilles. Chaque seconde une ou deux feuilles se détachent et tombent lentement au sol. On pourrait croire qu’elles attendent chacune leur tour. C’est hypnotisant, zen, et très beau.»

Cuisine

Photo prise le 22 août.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

On a refait la cuisine de la maison de fond en comble cette année. On y trouve maintenant ce vaste îlot, autour duquel la vie de la famille s’est réorganisée, rien de moins!

C’est devenu le lieu de rencontre par excellence, à toute heure du jour.

Parfois quelqu’un travaille ou fait ses devoirs à un bout en jasant avec celui ou celle qui prépare le repas.

Parfois on y cuisine tous ensemble (y’a-t-il plus grand bonheur?)

C’est aussi là qu’on pose parfois le buffet-repas du vendredi soir que chacun prend à son rythme.

C’est le lieu privilégié pour déposer tout ce qui enchante les sens et l’esprit: bouquet de fleurs, nourriture, vin, livres, petits mots.

S’il fallait résumer l’année 2018 de notre famille en une seule chose ce serait assurément cet îlot… avec, dessus, une focaccia fraîchement sortie du four, un peu d’houmus et quelques olives.


Extrait de mon journal du 22 août:

«Réveillé à 5h30 par le papotage dehors. Capucine et ses ami.e.s ont dormi sous la tente. Déjeuner relaxe, lecture des journaux, puis un peu de travail. (…) J’ai aussi confirmé ma participation comme conférencier à Ciné-psy le 11 octobre. Je pense que je vais bien m’amuser.»

Histoire

Photo prise en juillet 2007.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Même si cette photo n’a pas été prise en 2018, elle mérite sa place dans mon calendrier de l’Avent, parce qu’elle accompagnait la publication de mon Histoire personnelle du Québec de 1989 à 2019 — le 19 août dernier.

Je fais dans ce texte une rétrospective de mon rapport à la société et à la politique depuis mes quinze ans. En l’équivalent d’une cinquantaine de pages.

J’ai entrepris sa rédaction en janvier parce que je voulais comprendre qu’est-ce qui faisait que j’étais dans un état d’esprit aussi négatif par rapport à la politique.

J’ai laissé dormir le texte quelques mois avant d’y reconsacrer du temps au cours de l’été et lui donner finalement la forme d’une publication web à la fin août.

Je dois avouer que je m’attendais à ce qu’il trouve un peu plus de lecteurs et suscite un peu plus d’échanges, mais je n’ai probablement pas consacré assez d’énergie à faire sa diffusion.

Je continue de penser qu’il pourrait servir de point de départ des discussions dans certains cours de fin de secondaire ou du cégep, par exemple.

Mais qu’importe, je l’ai écrit pour moi avant tout. Il m’a beaucoup aidé à préciser ma réflexion sur l’avenir du Québec et le rôle que je souhaite y jouer.

Cette histoire personnelle du Québec est très certainement la réalisation dont je suis le plus fier cette année.


Extrait de mon journal du 19 août 2018:

«Lendemain du cinquantième anniversaire de L. On déjeune sur la terrasse. Ensuite départ pour Québec. On a rendez-vous avec la famille au Parc des Braves à 14h pour les fêtes de juillet et août. Et il fait un temps magnifique!»

Politique

Photo prise le 22 janvier, au sous-sol de l’église Saint-Charles-Garnier.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

C’est la soirée qui a marqué le début de la fin de mon engagement pour le Parti Québécois — après presque dix ans d’implication intensive.

Je cédais ce soir là, la présidence de la circonscription de Jean-Talon. J’allais laisser aussi, quelques semaines plus tard, la présidence régionale. Et j’avais déjà pris la décision de ne pas être candidat pour l’élection du 1er octobre.

J’ai continué à donner quelques coups de main, de diverses façons et jusqu’à récemment, mais le coeur n’y est plus tellement.

Force est de constater que l’éloignement progressif de la sphère partisane a fait le plus grand bien à mon moral.

Je pense que je vais maintenir cette distance.


Extraits de mon journal du 22 janvier:

«Rédaction toute la matinée pour la BTLF (…) Ensuite réunion au ministère de la Culture. Bonne séance de travail au sujet d’une vidéos à produire sur les métadonnées sur les contenus culturels. (…) En soirée: assemblée générale de Jean-Talon. (…) Soulagé. Une page est tournée.»

Créativité

Photo prise le 2 avril.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Mettre du beau sur les murs c’est bien. En faire soi-même, c’est encore mieux!

Ça fait plusieurs années que j’avais envie de tenter l’aventure de la linogravure. J’ai commencé lentement mais sûrement cette année.

La photo a été prise au jour 1, mes premières expériences. J’en ai fait quelques jours et j’ai tout laissé ça de côté, happé par le quotidien. Et je m’y remets tranquillement depuis quelques semaines. Avec un très grand plaisir. C’est une gymnastique créative très stimulante.

Sans compter toutes les belles création et les sourires que je vois tous les jours sur Instagram après m’être abonné aux fils de plusieurs artistes et centre de création. Ça fait changement des réseaux sociaux hargneux de la politique!

Et je trouve un sens additionnel à cet activité quand je lis les textes de Rob Hopkins sur l’importance de l’imagination pour une société — particulièrement dans un moment de transformation comme celui qu’on traverse.

Le développement de l’imagination et de la créativité, élément imprévu (et important) de la transition écologique? J’y crois.


Extraits de mon journal du 2 avril:

«Journée relaxe. J’ai fait un peu de travail, mais du dessin aussi. J’ai aussi reconfiguré mon lecteur RSS. (…) Pendant ce temps Ana est allée au musée pour préparer l’ouverture du MLab. On est ensuite allé faire quelques courses, dont un ensemble de départ pour la linogravure — cadeau d’anniversaire offert par mes parents.»

Art

Photo prise le 8 août.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Ça a fait dix ans cette année qu’on est revenu au Québec — après trois ans en France.

Lentement mais sûrement on meuble les murs de la maison de belles choses. Des photos et oeuvres d’art de genres variés.

Cette oeuvre, par exemple, m’a été offerte par Marianne Kugler, qui l’a réalisée à partir d’une vieilles affiches électorales. Le titre: Moutarde… un clin d’œil aux rendez-vous sandwich du vendredi midi, auxquels Marianne a été une des plus fidèles.

On a aussi pris l’habitude de s’offrir du beau en cadeau — au lieu de succomber à la consommation périssable.

Ana m’a offert pour mon anniversaire une oeuvre de Paule Thibault — qui représente le loup de ma fable préférée.

Et j’ai choisi de souligner la fin de mon année de mandat professionnel à Montréal en m’offrant un tableau de Myriam Coulombe-Pontbrilland.

Nous avons évidemment aussi ajouter à notre environnement quelques œuvres de ma mère, Geneviève De Celles.


Extrait de mon journal du 8 août:

«Très belle soirée! Souper avec M. et L. sur la terrasse. Échanges sur tout, sur rien, et sur la politique! Brochette poulet et chorizo + riz (et une tête de moine — tradition oblige!). Mini cupcakes pour finir avec une touche de sucré. Béatrice a fait le dessert et passé la soirée avec nous, ça été l’fun.»

Mandats

Photo prise le 23 août, devant le ministère de la Culture et des Communications, à Québec.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

 

Une autre année comme travailleur autonome. Et j’en suis ravi.

Quand j’ai quitté De Marque, il y a trois ans, je m’étais dit que je ferais six mois à mon compte, le temps de trouver un nouvel emploi.

Puis, d’une chose à l’autre, j’y ai pris goût, j’ai eu la chance d’avoir des contrats stimulants… et j’ai surtout apprivoisé les avantages et les inconvénients de cette situation.

Et trois ans plus tard, j’y vois surtout des avantages. Je vais donc continuer comme ça pour l’avenir prévisible.

En début d’année, j’ai complété un mandat de directeur général par intérim de la BTLF. J’ai ensuite consacré l’essentiel de l’année à coordonner la mesure 111 du Plan culturel numérique du Québec — avec un plaisir renouvelé tous les jours. J’espère que ça se poursuivra en 2019.

Quelques autres plus petits mandats m’ont aussi apporté un peu de variété, toujours très appréciée.


Extrait de mon journal du 23 août:

«J’aborde la journée avec de grandes ambitions d’efficacité. Je crois que ça peut être la journée par laquelle l’automne démarre vraiment. Il fait beau, vent — température pré-automnale.»

Écriture

Photo prise le 28 octobre à la Boîte à pain, à Sainte-Foy.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Nouvelle habitude cette année: je me suis accordé fréquemment de courts moments d’écriture au gré de mes déplacements. Le plus souvent pour prendre quelques notes dans mon journal quotidien. Du temps repris à Facebook, que j’ai quitté en mars.

Je n’ai manqué aucune journée dans mon journal au cours de l’année. C’est une de mes grandes fiertés de 2018.

J’en suis maintenant à plus de 400 jours consécutifs sans oubli ou négligence. Et plus de 3000 entrées au sujet de 1800 journées depuis six ans. Un trésor.

Je pense que je peux dire avec un bon degré de confiance que l’habitude est prise et que les bénéfices que j’en retire sont suffisants pour penser que je continuerai à le faire toute ma vie.

Le Boîte à pain, c’est mon arrêt de routine du dimanche matin, après avoir déposé Capucine à sa journée de travail.

Un pain romain, un pain aux olives, un autre pain qui varie selon les semaines.

Avec un café pour accompagner l’écriture pendant une trentaine de minutes avant de retourner à la maison pour rejoindre les autres membres de la famille pour déjeuner.


Extraits de mon journal du 28 octobre:

«À la radio j’ai entendu une passionnante chronique sur l’histoire des chats (…) Je me sens entrer dans l’automne avec une certaine zénitude. L’intention de prendre les choses avec une certaine distance. Prendre le temps de mettre de la musique, de lire, d’aller marcher. Prendre du temps pour écrire aussi. (…) C’est un bel automne, malgré la température détestable des derniers jours.»

Étoiles

Photo prise le 16 juillet, au Parc national du Mont-Mégantic.

Ce texte fait partie de la série Mon calendrier de l’Avent 2018.

Fin de semaine en amoureux au cours de laquelle nous avons visité Lac-Mégantic — et pris la mesure de l’ampleur de la catastrophe qui a frappé la ville il y a cinq ans.

Le clou de la fin de semaine est quand même la très belle randonnée que nous avons fait en forêt à flanc de montage.

«Ils ont donc ben l’air heureux ces deux-là», a l’air de dire cette biche. Vous ne trouvez pas?

On a fait des équilibres de roches.

On a regardé les étoiles à travers les éclaircis nuageux.

On a joué au Scrabble.

Et on a très bien mangé.


Extrait de mon journal du 16 juillet:

«La Boulangerie le Pain sur la planche est tenue par un sympathique français qui s’est installé là il y a deux ans et qui a entièrement retapé, avec beaucoup de respect, une vieille maison dans laquelle il y avait eu un dépanneur. La boulangerie est magnifique et ça sent merveilleusement bon quand on y entre. On a pas mal jasé avec le boulanger… qui portait un t-shirt brodé à l’enseigne de l’École de boulangerie et de patisserie de Paris… sous laquelle il avait ajouté deux étoiles au marqueur noir. Je pense qu’il a apprécié que je le remarque. Hier, la France a gagné la Coupe du monde.»

Mon calendrier de l’Avent

Je trouve que l’année 2018 a été particulièrement généreuse avec moi.

Tellement de beaux moments en famille, avec des amis — et avec moi-même. Tellement d’occasions d’apprendre, de réfléchir, de faire des choix.

Pas toujours à travers des choses faciles, parfois avec quelques frustrations; mais ce sont surtout les meilleurs moments qu’il faut retenir.

Plus que d’autres années, j’ai régulièrement pris le temps de m’arrêter pour apprécier le moment. J’ai même quelques fois pris le temps de faire une photo ou de prendre quelques notes pour pouvoir y revenir.

Alors en cette fin d’année, j’ai eu envie de concevoir un calendrier de l’Avent à partir de quelques-uns des moments qui ont fait de 2018 un grand cru.

J’ai commencé à travailler au projet au cours des derniers jours et je serai prêt pour commencer la publication le 1er décembre.

Une année, 25 photos, 25 courts textes, et beaucoup de très beaux souvenirs.

Pour voir l’ensemble des textes publiés dans la série, c’est ici.