Une course svp!

IMG_1870.jpg

Je suis fier du parti dans lequel j’ai choisi de m’engager. Après l’invraisemblable choc du début de la semaine, il me semble retomber très rapidement sur ses pattes. Les personnes à qui j’ai parlé dans les dernières heures restent motivées et s’affairent déjà à inventer la suite, chacun à leur façon.

Plusieurs façons de voir les prochaines étapes s’expriment déjà. Et c’est très bien, même si certaines me semblent un peu cyniques, voire pusillanimes.

Je pense en particulier aux appels au couronnement, voire à un arrangement entre les députés pour choisir le prochain chef, notamment sous prétexte que nous n’aurions pas les moyens financiers d’une nouvelle course.

Je ne suis pas d’accord. Du tout. Si on n’a plus les moyens de permettre aux militants de choisir celui ou celle qui dirigera le parti, autant tout arrêter parce qu’on n’aura certainement pas non plus les moyens de convaincre la population du projet politique qu’on leur propose. Les militants ne sont pas là seulement pour les campagnes de financement. Ils doivent être au coeur de la réflexion du parti.

C’est pour ça que je crois qu’il faut souhaiter une course à la chefferie. Beaucoup plus courte que la précédente, certes, mais une course qui suscitera de réels débats. Éviter ces débats serait que passer à côté de l’opportunité qui se cache dans la tempête. Les éviter sous prétexte qu’on n’en aurait pas les moyens, ce serait bien pire, ce serait commencer à renoncer au projet qui nous rassemble.

Pourquoi faudrait-il craindre d’une course entre Alexandre Cloutier et Véronique Hivon, comme certains le laissent entendre? Et les autres candidats potentiels, d’ailleurs. Tous ceux et celles qu’on évoque depuis quelques jours font partie de la relève de notre mouvement politique. Une relève dont on peut être très fiers, et dont tous les autres partis aimeraient pouvoir s’enorgueillir. Il faut avoir le goût de les entendre! Il faut leur permettre d’exprimer ce qui distingue leurs idées et leurs approches. Il faut les amener à tracer ensemble notre prochaine trajectoire. Je veux les entendre moi, en tout cas!

C’est bien pour cela d’ailleurs que j’étais très fier, mardi soir, quand l’exécutif du Parti Québécois de Jean-Talon, que je préside, a choisi d’exprimer par une résolution son souhait de voir Véronique Hivon s’engager dans la course à la chefferie.

Page Facebook du Parti Québécois de Jean-Talon | 4 mai 2016

Nous avons ainsi souhaité lui dire clairement que nous apprécions beaucoup sa manière d’aborder la politique et que nous souhaitons que cette approche fasse partie des options qui seront offertes aux militants pour la suite.

Un appui précipité, m’ont dit certains hier après-midi. Précipité pour quoi? Pour appeler la candidature d’une personne qu’on apprécie dans la course qui se prépare? Pour poser les gestes qu’on croit nécessaires pour réduire la possibilité d’un couronnement? Je ne crois pas.

L’essentiel, à ce stade, c’est de réunir les conditions d’une course stimulante. Au terme de cette course, chacun pourra bien sûr choisir d’appuyer la personne de son choix. Au sein de l’exécutif de Jean-Talon aussi. Il faut que tous les membres du Parti Québécois aient cette chance. C’est ce que je souhaite, d’abord et avant tout.

N’ayons pas peur des idées, des prises de position et des débats, même vigoureux. C’est l’énergie qui porte notre mouvement politique depuis toujours — chaque fois qu’on l’a oublié, la réalité s’est d’ailleurs chargée de nous le rappeler.

Confiance!

 

Lire aussi:

10 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s